Afrique: Changement climatique - Les États-Unis doubleront le financement des pays en développement d'ici 2024

Le président Joe Biden a annoncé que le gouvernement américain doublera ses financements publics en faveur des pays à faible revenu d'ici 2024, lors du sommet des dirigeants sur le climat, un rassemblement virtuel de 40 chefs d'État et autres dirigeants mondiaux.

La Maison Blanche reprend sa place de leadership climatique. Son engagement de financement public s'inscrit dans le cadre de son nouveau plan international de financement climatique, destiné à fournir « une vision stratégique du financement climatique international à l'horizon 2025 ». « Notre objectif commun de mobiliser 100 milliards de dollars par an dans les pays en développement est essentiel », a déclaré le président américain, faisant référence à un accord conclu lors de la Conférence des nations sur les changements climatiques en 2009. Il a, en outre, souligné que « nous devons nous assurer que le financement sera là, à la fois public et privé, pour répondre au moment sur le changement climatique et pour nous aider à saisir l'opportunité de bons emplois, d'économies fortes et d'un monde plus sûr ».

L'engagement de doubler le financement climatique, au cours des trois prochaines années, prend les niveaux de financement de la seconde moitié de l'administration de l'ancien président, Barack Obama, comme base de référence. Cependant, le plan ne précise pas quel était le niveau de financement à cette époque. Un expert de l'administration américaine du climat, Leonardo Martinez-Diaz, explique que de 2013 à 2016, le financement climatique public international américain total s'élevait environ 2,8 milliards de dollars par an, dont environ 500 millions de dollars destinés à l'adaptation.

Doubler d'ici 2024 équivaudrait à environ 5,7 milliards de dollars par an, a conclu Joe Thwaites, associé du World ressources institute, notant une absence des Etats-Unis de l'arène internationale du financement climatique, soit 4 ans, correspondant à la mandature de Donald Trump, le mettant en retard par rapport à ce que de nombreux autres pays à revenu élevé ont avancé. « À cette époque, de nombreux autres pays développés ont déjà doublé leur financement climatique, et certains se sont engagés à doubler à nouveau avant 2025. Dans cette optique, l'engagement de Biden à doubler son financement public climatique d'ici 2024 par rapport à un scénario de référence 2013-2016 n'est pas particulièrement ambitieux », a-t-il dit.

Au sein du portefeuille international de financement climatique, les États-Unis prévoient de tripler le montant du financement pour l'adaptation au changement climatique, a indiqué le président américain. Il s'agit d'un ensemble d'activités qui ont souvent été plus difficiles à financer que l'atténuation du carbone. Sur la base de ces mêmes chiffres, le montant de l'adaptation serait de 1,5 milliard de dollars. Washington a publié un plan de financement du climat accompagné d'un nouvel objectif de réduction des émissions de 50% à 52% par rapport à 2005. Certaines ONG réclament, qu'en tant que deuxième émetteur mondial après la Chine, les Etats-Unis devraient contribuer à hauteur de 800 milliards de dollars au financement international du climat jusqu'en 2030 pour « leur juste part ».

Le nouveau plan de financement climatique, le premier que les Etats-Unis aient produit, décrit également le rôle que joueront ses diverses agences fédérales et les actions qu'elles entreprendront au cours des prochaines années.

A La Une: Afrique

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X