Congo-Kinshasa: Ituri et Nord Kivu - La MONUSCO prend acte de l'état de siège

L'actualité politique est jusqu'ici dominée par l'instauration cette semaine de l'état de siège en Ituri et au Nord Kivu. C'est dans ce sens que la cheffe de la Monusco, Bintou Keita a évoqué ce sujet avec Félix Antoine Tshisekedi dans l'après -midi du mardi 4 mai 2021.

En clair, les échanges entre le Chef de l'Etat et la Représentante spéciale du Secrétaire général des Nations Unies en RDC ont tourné autour des attentes des officiels Congolais en ce qui concerne le soutien que devraient apporter les Casques Bleus pour la restauration de la paix et de la sécurité en Ituri et au Nord -Kivu dans le cadre de l'état de siège tout en veillant au respect des droits de l'homme dans les deux provinces pendant cette périod

La Monusco reconnait le caractère souverain de la mesure prise par Félix Antoine Tshisekedi de décréter l'état de siège dans les deux provinces et note que ladite décision est d'une durée bien déterminée, renouvelable sur approbation de l'Assemblée Nationale.

Les agences onusiennes, y compris la Monusco, vont étudier de manière approfondie l'ordonnance sur l'état de siège et feront part en temps utile de leurs observations aux autorités. Car, l'état de siège a des implications sur l'assistance humanitaire.

Ces précisions ont été fournies hier mercredi 5 mai 2021 aux médias par le porte-parole de la Monusco, Matthias Gillmann, à la faveur de la conférence de presse bi mensuelle de la Monusco. Ce face à face a eu lieu à la concession UtexAfrica

Autre fait retenu par le communicateur onusien est que Bintou Keita salue l'investiture du gouvernement Sama et réaffirme la détermination des agences onusiennes à appuyer les efforts du gouvernement en matières de sécurité, de renforcement de l'autorité de l'Etat, de promotion des droits de l'homme... .

Elle salue l'engagement pris par Sama de mener des réformes institutionnelles majeures et de prioriser le DDRCS en démarrant un programme concret de réintégration des anciens combattants.

Katya Marino, Représentante adjointe de l'Unicef en RDC qui était aux côtés du communicateur onusien, a expliqué aux médias que le Fonds des Nations Unies pour l'Enfance fait le plaidoyer auprès de l'Etat congolais pour qu'il prenne des mesures appropriées tendant à prévenir l'utilisation et la manipulation des enfants à des fins politiques.

Lors des échanges, les professionnels des médias ont voulu savoir si l'état de siège ne va pas contrarier dans une certaine mesure la résolution du Conseil de Sécurité des Nations sur le mandat de la Monusco, ou encore si les Casques Bleus vont continuer d'appuyer les FARDC... .

Plusieurs questions ont été posées également à Katya Marino.

Reprenant la parole, Matthias Gillmann a fait savoir que la Monusco est dans la logique de la poursuite du partenariat avec les FARDC. Par ailleurs, les Casques Bleus ont un mandat qu'ils doivent mener à terme. Quant à la question de la présence des troupes kenyanes en RDC, il a expliqué que les soldats kenyans vont faire partie d'une unité d'élite. Cela est une bonne chose car les unités d'élite sont mieux préparées pour réagir rapidement aux assauts du genre de ceux des ADF qui mènent une guerre asymétrique.

Katya Marino a insisté sur les dangers que courent les enfants instrumentalisés par les politiciens. Les enfants présents dans les manifestations politiques peuvent être blessés ou incarcérés

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X