Seychelles: La loi sur la protection des animaux des Seychelles, datant des années 1960, est actualisée, en mettant l'accent sur les espèces marines

Une mise à jour de la loi sur la protection des animaux sauvages et des oiseaux - législation adoptée pour la première fois en 1961 - permettra aux autorités seychelloises de mieux protéger sa faune, en particulier les espèces marines, a déclaré un haut responsable à la SNA.

Le directeur général de la Division de la conservation et de la gestion de la biodiversité du ministère de l'Agriculture, du Changement climatique et de l'Environnement a récemment déclaré que maintenant que la nation insulaire protégeait davantage son territoire marin, une loi moderne était nécessaire pour assurer la conservation des espèces dans ces zones.

« Nous mettrons beaucoup plus l'accent sur nos espèces marines, par exemple nos requins et raies, espèces qui sont actuellement d'actualité. Nous voulons donc introduire de nouvelles catégories dans cette loi qui seront également alignées sur les espèces menacées de l'UICN », a déclaré Marie May Muzungaile.

Mme. Muzungaille a ajouté qu'ils souhaitaient que la nouvelle loi permette aux Seychelles «de mieux respecter ces obligations au fur et à mesure qu'elles sortent ». Le directeur général a déclaré que l'ancienne loi n'était pas pratique et que le ministère devait élaborer des règlements séparés pour protéger différentes espèces.

« Au fil des ans, nous avons vu de nombreuses limitations avec cette loi telle qu'elle était, nous devons donc la réorganiser et l'aligner sur les circonstances actuelles du pays et du monde en ce qui concerne la conservation de la faune », a expliqué Mme.Muzungaille.

L'exercice de mise à jour de cette loi vieille de 60 ans est financé dans le cadre du projet GOS-GEF-PUNDP une approche de la crête au récif pour la gestion intégrée des écosystèmes marins, côtiers et terrestres aux Seychelles.

Le projet vise à entreprendre une approche globale qui répond aux priorités de « l'ensemble de l'île » en matière d'amélioration de la gestion et de la conservation des forêts des hautes terres et des écosystèmes agricoles, ainsi que des écosystèmes côtiers et marins aux Seychelles.

Cela entraînera des avantages mondiaux en termes de conservation de la biodiversité d'importance mondiale et de gestion efficace des grands écosystèmes marins - y compris les écosystèmes marins côtiers et proche de la côte - et l'arrêt et l'inversement de la dégradation des écosystèmes.

La responsable du projet, Joanna Prosper, a déclaré à la SNA que l'objectif principal de l'exercice était d'identifier les lacunes et les faiblesses de la loi existante et de recommander les meilleures modalités pour répondre aux exigences et à l'avenir.

« Le consultant présentera ensuite une ébauche de nouveau projet de loi pour examen par les autorités compétentes et les parties prenantes », a déclaré M. Prosper à la SNA par courrier électronique.

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X