Sénégal: Fatick - Cinq policiers condamnés à deux ans de prison dont six mois ferme après la mort d'un jeune homme

Fatick — Le tribunal de grande instance (TGI) de Fatick (centre) a ordonné l'arrestation et la détention de cinq policiers condamnés à deux ans de prison dont six mois ferme pour coups et blessures ayant entraîné la mort d'un jeune homme, a déclaré jeudi à l'APS l'avocat Bassirou Sakho, conseil de la famille de la victime.

Mamadou Lamine Keïta, âgé de 26 ans, a rendu l'âme après avoir été blessé par des policiers du commissariat urbain de Police de Fatick, qui l'ont interpellé lors d'une patrouille en février 2020.

Des jeunes de cette ville avaient protesté contre sa mort, ce qui avait entraîné des émeutes dans la commune.

"En délibérant, le tribunal les a déclarés tous coupables du délit de coups et blessures volontaires ayant entrainé la mort sans intention de la donner et du délit d'abus d'autorité", a déclaré Me Sakho dans un entretien téléphonique avec l'APS en parlant des policiers mis en cause.

Le TGI de Fatick, qui planchait sur cette affaire depuis plusieurs mois, a rendu son jugement lors d'une audience qui s'est tenue jeudi matin.

"Statuant sur les intérêts civils, le tribunal a alloué à la mère de feu Mamadou Lamine Keïta la somme de 150 millions de francs CFA en guise de dommages et intérêts", a indiqué Me Sakho.

Djibril Dabo, un ami de la victime, doit recevoir 1 million de francs CFA également pour dommages et intérêts. Le TGI a estimé qu'il a, lui aussi, été violenté par les policiers lors de l'interpellation de Mamadou Lamine Keïta.

"C'est une décision satisfaisante parce qu'elle contribue à la consolidation de la confiance qui doit régner entre la justice et les justiciables", a commenté l'avocat de la famille du défunt.

"Les cinq policiers déclarés coupables des faits qui leur sont reprochés n'ont pas comparu à l'audience, d'où le mandat d'arrêt décerné à leur encontre", a-t-il expliqué.

A La Une: Sénégal

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X