Afrique: Souriez, c'est jeudi ! / France - Les Sénégalais ne peuvent pas rentrer chez eux

opinion

SOURIEZ, C'EST JEUDI ! C'est une nouvelle chronique que Sud Quotidien propose à ses lecteurs tous les jeudis. Elle sera animée par Alassane Thiam, collaborateur extérieur, résidant à France.

Depuis le 31janvier, les personnes souhaitant quitter le territoire national vers un pays extérieur de l'espace européen doivent justifier d'un motif impérieux sanitaire, familial ou économique associé à leur déplacement.

La vérification de l'existence de ce motif impérieux est effectuée en France avant le départ. En cas de fausse déclaration ou de motif non valable, l'embarquement sera refusé. Ces motifs impérieux sont d'ordre personnel, professionnel ou familial : Décès d'un membre de la famille en ligne directe, d'un frère ou d'une sœur, visite à une personne dont le pronostic vital est engagé, pour les membres de la famille en ligne directe.

Convocation par une autorité judiciaire ou administrative, les salariés dont les missions sont indispensables à la poursuite d'une activité économique, requérant une présence sur place qui ne peut être différée et dont le report ou l'annulation aurait des conséquences manifestement disproportionnées ou serait impossible » Les candidats au voyage doivent fournir les pièces exigées, notamment un acte ou certificat de décès, certificat médical établissant la situation de la personne dont le pronostic vital est engagé pour justifier le départ, ordre de mission professionnel. Nous pouvons dire que les sénégalais cochent rarement ces « cases ».

Par conséquent, beaucoup se retrouvent dans l'impossibilité de rentrer dans leur pays d'origine pour retrouver leurs familles. La P.A.F. (police de l'air et des frontières) a reçu des consignes très stricts pour qu'il n'y ait aucune entorse aux règlements en vigueur. Beaucoup de voyageurs ont été témoins, après un ultime contrôle, de débarquement de passagers bien installés sur leur siège. Les séparations d'avec leurs familles restées au Sénégal déjà douloureuses deviennent insupportables. Dans cette situation, l'état sénégalais est-elle en capacité de venir au secours de ses citoyens ? J'en doute, car la situation épidémique est très tendue en France et les immigrés sont devenus un enjeu majeur des élections présidentielles de 2022.

Espérons que Macky Sall et Emmanuel Macron s'entretiennent à ce sujet pour que la diaspora sénégalaise trouve une porte de sortie nécessaire pour leur équilibre mental. Les immigrés en situation irrégulière peuvent applaudir à contre cœur car les expulsions des « sans-papiers » deviennent complexes et difficilement exécutables.

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X