Cameroun: Sûreté nationale - Hommage au divisionnaire Banyolag

La cérémonie de levée de corps de ce haut gradé de la police s'est déroulée le 30 avril dernier à Yaoundé, en présence du représentant du DGSN.

Moments de tristesse et de consternations le 30 avril dernier à l'Ecole nationale supérieure de police de Yaoundé. La grande faucheuse a encore frappé la Sûreté nationale. Le commissaire divisionnaire Boniface Banyolag Balemea a perdu le combat contre la maladie le 31 mars dernier à Yaoundé. Le défunt a eu droit à des honneurs militaires à l'esplanade de l'Ecole nationale de police de Yaoundé. C'est sous escorte policière que la dépouille a effectué le tour de l'école après la levée de corps à la morgue de l'Hôpital gynéco-obstétrique et pédiatrique de Yaoundé. C'était en présence du commissaire divisionnaire Jean Marie Mvogo, Inspecteur général à la Délégation générale à la Sûreté nationale, représentant du DGSN, des collègues, des membres de sa famille et des amis venus en petits comités lui rendre un dernier hommage. Pour sa fille Danielle Ngo Banyolag, « Papa était un homme bon qui affectionnait son travail. Il était également un père aimant pour sa famille. Je suis contente de savoir que la police qu'il a tant aimée lui rende un vibrant hommage. »

Le parcours professionnel du commissaire divisionnaire Boniface Banyolag Balemea, permet de comprendre que le défunt était épris de son métier. Dès sa sortie de l'Ecole nationale de police de Yaoundé en 1988, il est immédiatement affecté au secrétariat à la sécurité intérieure de Yaoundé service de police de frontière. Deux ans plus tard, il est nommé au poste de commissaire spécial à Mouanko en services à la police des frontières. En 2003, il obtiendra le diplôme de commissaire de police. Il était jusqu'à sa mort, chef du Centre régional de traitement de l'identification de l'Ouest. Le défunt repose pour l'éternité depuis le 1er mai à Ndoglikum dans la Sanaga Maritime.

Plus de: Cameroon Tribune

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X