Congo-Brazzaville: Covid-19 - Le Parlement appelle à intensifier la vaccination

Réunis en session extraordinaire le 5 mai pour autoriser la prorogation de l'état d'urgence sanitaire pour la 20e fois, les sénateurs et les députés ont invité le gouvernement à intensifier la campagne de vaccination sur toute l'étendue du territoire national.

Selon le dernier rapport de la Coordination nationale de gestion de la pandémie de coronavirus, Pointe-Noire est devenue l'épicentre de l'épidémie depuis deux mois. Le nombre de personnes contaminées dans la capitale économique a été multiplié par quatre, en passant de 112 à 424 entre février et mars 2021. Du 1er au 28 avril, on y a enregistré 527 nouvelles contaminations, soit 100 cas de plus qu'en mars. Cependant le taux de positivité reste autour de 10%.

Dans la Likouala, sur 151 personnes dépistées, 29 cas positifs ont été déclarés, soit un taux de positivité de 19%, tandis que dans la Sangha, sur un échantillon de 220 personnes testées pendant la dernière semaine du mois d'avril, six sont positives, soit 2,7% de taux de positivité. Longtemps épicentre de l'épidémie de Covid-19, Brazzaville voit les contaminations et le taux de positivité baisser significativement d'un mois à un autre. Ainsi, le nombre de nouveaux cas est ainsi passé de 520 à 361. Le taux de positivité en avril est autour de 3% contre 5% en mars. Le nombre de personnes hospitalisées à Brazzaville est passé de 48 en mars à 18 au 28 avril. Les patients suivis à domicile sont 141 contre 240 en mars. La maladie décroit nettement à Brazzaville.

Malgré les disparités, ces statistiques inquiètent les parlementaires au regard de l'évolution de la pandémie dans certaines localités. « Nous devons nous mobiliser pour faire en sorte que la vaccination ait lieu de façon effective. Nous avons même souhaité qu'au niveau du gouvernement, la vaccination soit systématisée et étendue sur tout le territoire national au regard de la situation dans la Sangha et dans la Likouala. Il faut que des décisions prises permettent de faire face à ces zones de frontières », a recommandé le président de la commission des lois et des affaires administratives de l'Assemblée nationale, Fernand Sabaye.

En effet, la réticence de la population à prendre le vaccin, la mauvaise qualité de l'électricité et les dysfonctionnements au niveau de la chaîne de froid ont fait perdre au Congo environ 18 000 doses de vaccin. Défendant le projet de loi autorisant la prorogation de l'état d'urgence sanitaire devant le Parlement, le ministre de la Justice, des Droits humains et de la Promotion des peuples autochtones, Aimé Ange Wilfrid Bininga, a indiqué que la progression du Covid-19 dans certaines localités est due au relâchement observé dans le respect des mesures barrières. « Aujourd'hui, la réaction du gouvernement ne se fait pas attendre, il faut renforcer le respect des mesures barrières dans la ville de Pointe-Noire sans négliger Brazzaville. Tout ceci est en train de se faire dans le cadre d'un plan et des orientations arrêtées en Conseil des ministres par le gouvernement », a-t-il répondu, rassurant que le gouvernement mettra tout en œuvre pour faire respecter toutes les mesures édictées.

Pour le ministre, le vaccin n'est pas aléatoire car en dépit de ce que le virus est en train de subir des mutations qui donnent lieu à des variants, il reste à ce jour la mesure de prévention la plus efficace. « Il a été scientifiquement démontré que le vaccin, si nous le prenons jusqu'à couvrir environ 60% de la population, nous pourrons, dans notre pays, dégager une immunité collective permettant d'éviter les formes graves de la maladie », a prévenu Aimé Ange Wilfrid Bininga, sollicitant l'implication de tout le monde dans la communication et l'éducation de la population.

Il a, par ailleurs, exhorté les Congolais à faire de la lutte contre la pandémie du coronavirus une préoccupation nationale. « Les autorités de notre pays ont donné l'exemple en se faisant vacciner publiquement, il vous revient donc d'en assurer le relai. Chacun devrait s'impliquer dans la communication pour que nous assurions au mieux le droit à la santé de notre population par la vaccination qui est la mesure de prévention la plus efficace », a-t-il appelé.

Concernant la couverture nationale en vaccination, le ministre a annoncé que le gouvernement a élaboré un chronogramme en tenant compte du niveau de circulation du virus dans le pays. Le programme prévoit la couverture de l'ensemble du territoire national d'ici à fin août, en prenant en compte cinquante-deux districts sanitaires.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X