Congo-Brazzaville: Voir ou revoir - « Mensonge légal » d'Amog Lemra

Court-métrage de 26 min réalisé en 2014 par Glad Amog Lemra, dans le cadre du projet Tozali, « Mensonge légal » dénonce tout le système d'arnaque qui entoure le mariage coutumier en République du Congo.

La question de la cherté de la dot dans la société congolaise, voilà la préoccupation au cœur de ce film. En effet, en dépit des multiples plaidoyers faits ici et là, le problème demeure encore d'actualité à ce jour. Engagé dans ses œuvres, Glad Amog Lemra dénonce effectivement cette mafia et appelle, en même temps, à revoir le montant de la dot fixé par l'Etat afin d'instituer et de faire respecter un prix légal dans l'air du temps.

Samuel, la trentaine et diplômé sans emploi, est profondément amoureux de Franchesca, qu'il souhaite épouser. Conscient de sa situation financière, le jeune homme ambitionne d'organiser un mariage modeste, le plus important étant d'honorer la femme devant ses parents, puis à l'état civil. Seulement, l'enveloppe exigée par les parents de la future mariée pour la dot fait défaut.

Cette situation est courante dans de nombreuses ethnies congolaises, au point où la dot ressemble beaucoup plus à un business, qu'à un geste d'amour et de respect des normes traditionnelles. Les biens demandés, en nature et en espèce, représentent un grand casse-tête pour les hommes qui se retrouvent pour la plupart découragés faute de moyens.

En parallèle, si certains peuvent se décourager, d'autres décident d'aller jusqu'au bout en recourant à des prêts ou en concoctant de nombreux mensonges. Un peu comme Samuel et Franchesca. Lorsque la jeune femme découvre à l'approche du mariage les intentions de son père, elle décide de le doubler en aidant son fiancé.

Au regard des réalités socio-économiques rencontrées au Congo, une restructuration de la valeur de la dot mérite d'être faite au plus vite. Aux parents, ils doivent repartir à l'essentiel pour redonner à cet événement ses lettres de noblesse. En réalité, il ne s'agit pas de vendre la jeune fille ou de faire payer à son futur époux les dépenses faites pour élever la future mariée, il s'agit plutôt d'un symbole d'amour et d'une union familiale qui doivent se faire dans la joie et la paix.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X