Maroc: M. El Ferdaous appelle à faire de la digitalisation du patrimoine un facteur du développement

Rabat — Le ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, M. Othman El Ferdaous, a souligné, jeudi à Rabat, la nécessité d'ériger la digitalisation du patrimoine en tant que l'un des principaux facteurs du développement.

Intervenant à l'ouverture d'une rencontre scientifique internationale sur "la digitalisation au service de la protection et la promotion du patrimoine culturel", le ministre a relevé que les effets de la pandémie ont orienté l'attention vers les espaces intérieurs au détriment des espaces ouverts au grand public.

La digitalisation du patrimoine est un levier pour la valorisation des espaces ouverts qui ont été affectés par les fermetures imposées par la pandémie, a indiqué M. El Ferdaous lors de cette rencontre organisée par la Fondation pour la Sauvegarde du Patrimoine Culturel de Rabat, présidée par SAR la Princesse Lalla Hasnaa.

Il y a lieu de créer une harmonie entre le virtuel et le matériel pour une plus grande valeur ajoutée, a poursuivi le ministre, en voulant pour exemple la digitalisation du site archéologique de Volubilis, dont l'appel d'offres a été lancé par le ministère de tutelle.

Ce projet sera le premier site expérimental modèle pour la digitalisation du patrimoine à travers l'utilisation de la réalité augmentée pour offrir des visites guidées et des jeux à l'attention des visiteurs locaux et internationaux.

Il a également salué les initiatives lancées par la Fondation aux fins d'enrichir le débat sur de nombreuses questions liées à la chose culturelle dans ses différentes manifestations, soulignant le rôle crucial des technologies modernes dans la documentation et la protection du patrimoine matériel et immatériel du Maroc, ainsi que la démocratisation de l'accès à la culture.

De son côté, le Secrétaire général de la Fondation, M. Karim Tajmouati a relevé que cette rencontre, qui s'inscrit dans le cycle des évènements scientifiques régulièrement organisés par la Fondation, aborde un sujet de grande actualité, au demeurant, particulièrement captivant.

Dans un pays à l'histoire millénaire, marqué par une diversité et une richesse culturelle exceptionnelle, "il devient essentiel de veiller à ce que notre patrimoine soit non seulement préservé, mais surtout de s'assurer que nos générations futures puissent y accéder et y trouver les repères nécessaires à la construction de leur avenir", a-t-il tenu à souligner.

Et de préciser que SAR la Princesse Lalla Hasnaa, Présidente de la Fondation, a fait de ce double objectif, le fil directeur de l'action de celle-ci, et a appelé d'emblée à l'utilisation de l'outil digital comme support essentiel à la conservation et à la réanimation du patrimoine culturel et architectural de la ville de Rabat.

A cet égard, M. Tajmouati a relevé que "le numérique permet de préserver le passé, de protéger la mémoire et d'apporter au patrimoine et à l'art une certaine capacité à naviguer dans le temps et dans l'espace", notant qu'une première expérience de numérisation, aux résultats remarquables, a été menée par la Fondation au cours des derniers mois.

Celle-ci a porté sur le site de Borj Lekbir, une fortification datant de la fin du 19ème siècle connue sous le nom de Fort Hervé, qui a été totalement digitalisé par la technologie LIDAR.

De son avis, "la réalisation, de ce cas pratique, et les termes de la réflexion et des échanges techniques qui auront lieu lors de la rencontre d'aujourd'hui, devraient servir donc, de pont de départ à une stratégie élargie en matière de digitalisation du patrimoine culturel et historique dans notre pays".

Cette rencontre scientifique réunit plusieurs partenaires nationaux et internationaux, dont le ministère de la Culture, de la Jeunesse et des Sports, l'Ambassade des États-Unis au Maroc, l'Agence américaine de développement international (USAID), l'Agence de Développement du Digital (ADD), l'Université Mohammed VI Polytechnique et l'Université Mohammed V de Rabat.

Experts nationaux et internationaux dans les domaines du digital, des nouvelles technologies, de l'architecture, de l'archéologie, de la topographie, en plus des spécialistes de la protection du patrimoine culturel prennent part à cette rencontre pour débattre et échanger autour d'une question de grande actualité : Comment faire du digital, du numérique et des technologies de la réalité virtuelle et augmentée un levier pour la promotion et la conservation du patrimoine culturel?

La rencontre traite, à travers deux panels, les thématiques de "l'Innovation culturelle au temps du Digital" et de "la reconstruction virtuelle du patrimoine culturel et historique". Des études de cas sont au programme de ce conclave pour permettre de visualiser les possibilités offertes par les nouvelles technologies dans la préservation et la promotion du patrimoine et des contenus culturels.

Cette rencontre doit être sanctionnée par des recommandations des panélistes pour enrichir les nouvelles discussions sur la transformation numérique du patrimoine culturel au Maroc.

Depuis l'inscription de Rabat au patrimoine mondial de l'humanité en 2012, la Fondation pour la sauvegarde du patrimoine culturel de Rabat a été consacrée en tant qu'organe transversal de coordination des actions de sauvegarde et de mise en valeur du patrimoine prévu par le plan de gestion, outil de gouvernance du bien inscrit par l'UNESCO.

La Fondation a pour vocation de perpétuer et de transmettre les valeurs historiques, architecturales, artistiques, paysagères, matérielles et immatérielles inhérentes au Patrimoine Culturel de Rabat. Pour ce faire, elle assure la veille des projets en cours et existants, favorise la synergie entre les acteurs concernés par la sauvegarde du patrimoine et œuvre pour la sensibilisation, la promotion et l'évaluation de l'état de conservation du patrimoine.

A La Une: Maroc

Plus de: MAP

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X