Burkina Faso: Journée de l'Europe - Des photos d'art pour «ranimer» l'Avenue Kwame N'Krumah

Le public a été invité à venir découvrir la quarantaine de photographies exposées sur l'Avenue Kwame N'Krumah.

La Délégation de l'Union européenne au Burkina Faso, en collaboration avec l'artiste-photographe burkinabè, Nyaba Léon Ouédraogo, a organisé, le mercredi 5 mai 2021, le vernissage de l'Exposition photographique de la Journée de l'Europe sous le thème «La Conscience!».

Le terre-plein central de l'Avenue Kwame N'Krumah va abriter du 5 au 22 mai 2021 une quarantaine de photos, de portraits et de tableaux. C'est à l'occasion de l'exposition photographique de la Journée de l'Europe (célébrée le 9 mai de chaque année) placée sous le thème «La Conscience». Initiée par l'artiste-photographe burkinabè, Nyaba Léon Ouédraogo, en partenariat avec la Délégation de l'Union européenne (UE) au Burkina Faso, cette exposition a été inaugurée dans l'après-midi du mercredi 5 mai 2021 à Ouagadougou.

Selon le photographe-artistique, Nyaba Léon Ouédraogo, la photographie est un acte poétique, politique, économique et social. A l'entendre, cette exposition vise, entre autres, à mettre en lumière le vécu quotidien des Burkinabè sur le plan politique et social. Pour lui, la photo fait partie de l'identité et du patrimoine culturels burkinabè. En ce qui concerne la photographie d'art, cette exposition est, a-t-il soutenu, une première au Burkina Faso et sur l'Avenue Kwame N'Krumah en particulier.

«Ce projet photographique à travers le thème de la conscience fait certes ressortir l'identité nationale burkinabè, mais ambitionne surtout d'impulser la photographie burkinabè en montrant le Burkina Faso à travers sa crise sécuritaire, ses coutumes, ses croyances, son vivre-ensemble et sa générosité. Cette exposition est une invite à la découverte du pragmatisme du pays des Hommes intègres», a expliqué M. Ouédraogo. L'exposition photographique de la Journée de l'Europe permettra, par ailleurs, à son avis, de renforcer la visibilité des artistes photographes burkinabè à l'échelle nationale et internationale.

Car, les œuvres exposées ont été, a-t-il dit, puisées dans le quotidien d'un Burkina Faso en mutation. Il a souligné que celles-ci offrent l'opportunité de voyager dans un pays des Hommes intègres «historique» empreint d'émotions et de passions. «Cette nouvelle génération d'artistes photographes burkinabè proposent une approche photographique conçue entre l'exploration du réel et une mise en scène jouant sur l'ambiguïté du réalisme photographique», a-t-il commenté tout en invitant le public à se laisser guider par ses émotions.

Le photographe Nyaba Léon Ouédraogo est accompagné dans ce projet par plusieurs autres artistes burkinabè. «Au début, j'ai trouvé son projet d'exposition sur tout le long de l'avenue Kwamé N'Krumah irréaliste. Mais, j'ai fini par adhérer à cette folle initiative. C'est ainsi que je n'ai pas hésité à aller réaliser des photos sur les dunes d'Oursi et les girafes du parc d'Arly», a témoigné le photographe, Ibrahim Nikièma dit Paparazzi.

Un rêve réalisé

Le maire de Ouagadougou, Armand Roland Pierre Béouindé (bonnet blanc):

«La conscience est notre meilleure alliée dans toutes nos actions».

Tout en saluant Nyaba Léon Ouédraogo pour cette initiative louable, l'artiste photographe, Issa Toungou Zoné, a expliqué que ses œuvres sont essentiellement basées sur les us et coutumes en pays mossi.

«Mes photos portent sur les différentes étapes du Kéogo, qui est un rite initiatique ancestral destiné à inculquer des valeurs aux jeunes âgés de dix ans et plus afin de leur permettre d'affronter et de mieux appréhender le monde», a-t-il fait savoir.

Spécialiste de l'art photographique, Germain Kiemtoré a indiqué que ses toiles portent sur l'abstrait, le portrait et la photographie documentaire.

«Cette exposition est une opportunité de montrer la diversité de nos créations sur le plan national et sous-régional», a-t-il estimé.

Quant à son collègue, Mahamadi Ouédraogo, il a affirmé que l'humanitaire, notamment le sort des personnes déplacées internes constitue le thème principal de ses photographies. Selon lui, chaque Burkinabè est appelé à les soutenir dans cette «terrible épreuve». Le maire de la commune de Ouagadougou, Armand Roland Pierre Béouindé s'est dit, pour sa part, heureux de voir sa ville accueillir cette importante exposition sur une avenue «qui a été plusieurs fois meurtrie».

Le thème «La Conscience!» appelle, a-t-il déclaré, à un espoir nouveau pour l'humanité et le Burkina Faso en particulier.

Les œuvres de cette exposition, puisées toutes de la vie quotidienne, portent, selon lui, sur des sujets réveillant les consciences. «Puissent-elles éclairer nos actions vers un monde plus harmonieux porté par notre conscience que tous les hommes sont libres et égaux», a souhaité le maire Béouindé.

Pour l'ambassadeur, chef de la Délégation de l'Union européenne (UE) au Burkina Faso, Wolfram Vetter, cette exposition est un rêve qui se réalise. Nyaba Léon Ouédraogo et moi avons rêvé et pensé ce projet artistique, a-t-il ajouté. A l'écouter, l'idée était de donner aux populations et au monde entier, une image plus joyeuse du Burkina Faso, contrairement à celle généralement présentée par certains médias. «Pour avoir été durement éprouvée ces dernières années, l'Avenue Kwame N'Krumah était donc l'endroit symbolique approprié.

A travers ces photographies, le Burkina Faso est présenté dans sa diversité et sa richesse culturelle», s'est-il réjoui, exhortant le public burkinabè et les expatriés à contribuer à la réussite de cette exposition. La cérémonie a été suivie par une séance de découverte et d'explications d'une partie des œuvres à l'intention des officiels et des hommes de médias présents. A l'issue de la tournée, l'ambassadeur Wolfram Vetter s'est dit «fasciné par la créativité» des artistes-photographes burkinabè.

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X