Afrique: Dédouanement des marchandises à la frontière de Noé - Le Président de la Chambre de commerce et d'industrie bilatérale ivoirio-nigériane lance un appel au gouvernement

Le président de la Chambre de commerce et d'industrie bilatérale ivoiro-nigériane (CCI-BIN.Ci), Gbadamosi Folarin Olalekan, souhaite qu'un transitaire agréé par l'Etat soit affecté à la frontière ivoiro-ghanéenne de Noé pour aider les commerçants nigérians qui arrivent à effectuer les opérations de dédouanement.

Au cours d'un échange avec la presse le mercredi 5 mai, aux Deux-Plateaux, il a indiqué que cela faciliterait les opérations et permettrait d'éviter les fraudes.

Selon lui, cette tâche est accomplie à ce jour par des bénévoles qui n'ont aucune notion de transit. Conséquence, ils induisent les commerçants en erreur. Ce qui leur crée d'énormes difficultés à la frontière.

Pour remédier à cette situation, la Chambre de commerce et d'industrie bilatérale Ivoiro-nigériane a décidé, avec l'accord du gouvernement, d'ajouter à sa mission initiale, la formation et la sensibilisation à la frontière de Noé, des commerçants nigérians qui entrent en Côte d'Ivoire.

« Nous sommes depuis quelques mois à la frontière de Noé où nous sommes en train d'abattre un travail extrêmement important. Notre présence à la frontière est bénéfique pour l'Etat ivoirien. Parce que parmi les opérateurs économiques nigérians que nous avons interpellés à la frontière, 80% font du faux », a-t-il déploré. Avant d'ajouter : « Dans la plupart des cas, un car censé transporter des personnes se retrouve avec beaucoup plus de marchandises que de personnes. D'autres sont dans le trafic de mineures. Notre présence à la frontière, depuis deux ans environ, aide l'Etat ivoirien à les démasquer ».

Créée le 8 août 2014, la CCI-BIN.Ci s'est assignée pour mission, selon son président, de booster les relations économiques entre la Côte d'Ivoire et le Nigeria. « La chambre s'est fixée pour objectif d'aider l'Etat et le secteur privé. Aider l'Etat dans le sens où nous devons sensibiliser, informer le secteur privé, afin de l'amener à quitter l'informel pour s'inscrire dans le formel. Ce que nous arrivons à faire avec l'aide de nos deux Etats », a-t-il souligné.

Pour lui, en Côte d'Ivoire, la CCI-BIN.Ci aide les opérateurs économiques nigérians qui souhaitent s'y installer, à le faire sans grande difficulté. En les mettant en contact avec les institutions habilitées. Pareil pour les Ivoiriens qui souhaitent s'implanter au Nigeria.

« Depuis sa création, la chambre a pu aider une trentaine d'entreprises ivoiriennes à s'installer au Nigeria et une quinzaine d'entreprises nigérianes à investir en Côte d'Ivoire. Nous les aidons à faire l'étude de marché et à s'installer », a-t-il expliqué. Ajoutant que le commerce entre la Côte d'Ivoire et le Nigeria se porte très bien.

A La Une: Cote d'Ivoire

Plus de: Fratmat.info

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X