Burkina Faso: Médiateur du Faso - 815 plaintes reçues en 2018

Le Médiateur du Faso, Séré Saran/Sérémé, a remis les rapports d'activités des trois dernières années de son institution au chef de l'Etat.

Le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a reçu successivement en audience, l'ambassadeur d'Arabie Saoudite en fin de mission et le médiateur du Faso, Séré Saran /Sérémé, dans la matinée du jeudi 6 mai 2021.

Conformément aux textes qui le régissent, le Médiateur du Faso doit soumettre ses rapports annuels au président du Faso. Pour ce faire, une délégation de l'institution, conduite par sa première responsable, Séré Saran/Sérémé, a remis au chef de l'Etat, Roch Marc Christian Kaboré, ses rapports d'activités 2018, 2019 et 2020.

Ces rapports, a expliqué Mme Séré, font le bilan du traitement des différents dossiers par le Médiateur du Faso. De celui de l'année 2018, il ressort que 815 dossiers de réclamations provenant de 6 772 plaignants dont 5 107 hommes et 925 femmes ont été soumis à l'institution, selon Séré Saran.

Sur les 815 plaintes reçues, 301 ont pu être traitées en 2018. Quant au reste des dossiers, ils ont été reversés en 2019, selon les explications du Médiateur du Faso. Concernant justement l'année 2019, le rapport d'activités indique qu'en plus des 787 réclamations reçues par l'institution, elle s'est autosaisie de certains dossiers.

Il s'agit par exemple de la crise entre Hero et UBA, de celle de Samandéni dans le Houet ou encore de la crise entre Peuls et Bwaba dans le village de Passakongo. « Nous nous sommes également intéressé aux conflits fonciers engendrés par les doubles chefferies dans la province du Boulgou et le litige foncier dans la commune de Ouahigouya », a-t-elle indiqué. En plus du traitement des plaintes et de l'auto-saisine, le Médiateur du Faso a mené d'autres activités durant les trois dernières années.

Il s'agit notamment de la tenue de conférences et d'audiences foraines dans les régions et provinces du Burkina Faso, de la formation des nouveaux représentants provinciaux du Médiateur du Faso et de l'appui matériel et alimentaire aux étudiants dans le cadre de l'atténuation des effets de la COVID-19.

Des recommandations

Après l'analyse des différents dossiers qui lui sont soumis chaque année, le Médiateur du Faso, a expliqué sa première responsable, a formulé des recommandations qui sont également contenus dans les différents rapports de la structure. Les plus récentes, à savoir celles de 2020, portent notamment sur l'application effective de l'arrêté portant promotion et valorisation du Faso dan fani en le privilégiant par rapport aux pagnes imprimés importés et le renforcement des projets et programmes en faveur des populations déplacées internes du fait du terrorisme.

Concernant le fonctionnement du Médiateur du Faso, ses premiers responsables ont plaidé pour un renforcement des capacités budgétaires, logistiques et infrastructurelles de l'institution. Par ailleurs, ils ont souhaité une amélioration de la réactivité des administrations interpellées par le Médiateur du Faso. Avant le Médiateur du Faso, l'ambassadeur d'Arabie Saoudite au Burkina Faso, Dr Waleed Al Hamoudi, en fin de mission, est allé « faire ses adieux » au Président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré. Il a profité de l'occasion pour traduire sa reconnaissance au chef de l'Etat pour « tout ce qu'il a fait » pour faciliter sa mission au pays des Hommes intègres.

Le diplomate saoudien a dit quitter le pays, le cœur léger car ayant contribué au développement des relations bilatérales entre les deux Etats.

« Nos relations sont excellentes aujourd'hui grâce aux quatre visites du président du Faso que nous avons pu organiser en Arabie Saoudite », s'est-il réjoui. Il a, en outre, remercié le ministère des Affaires étrangères, de la Coopération, de l'Intégration africaine et des Burkinabè de l'extérieur ainsi que toutes les personnes qui ont contribué à ce que les relations entre les deux pays demeurent fortes.

A La Une: Burkina Faso

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X