Sénégal: Incendie à l'Hôpital Magatte Lô - La "solidarité indéfectible" du SAMES aux présumés mis en cause

Louga — La section lougatoise du Syndicat autonome des médecins du Sénégal (SAMES) a manifesté, jeudi, sa "solidarité indéfectible" aux agents de l'hôpital Magatte Lô de Linguère sous le coup d'une information judiciaire après le décès de quatre nouveau-nés dans l'incendie de l'unité de néonatalogie.

"Le SAMES de Louga affirme sa solidarité indéfectible avec les camarades Abdou Sarr et Fatou Sy ainsi que les infirmières sages-femmes cités dans cet accident", a déclaré son Secrétaire général adjoint, le Docteur Kalidou Bâ.

Le tribunal de grande instance (TGI) de Louga (nord) a déclaré mercredi avoir ouvert une information judiciaire pour imprudence et négligence présumées à l'encontre de trois personnes dont le directeur de l'hôpital Magatte-Lô, Abdou Sarr, à la suite de l'incendie à l'origine de la mort de quatre nouveau-nés dans cet établissement public de santé, le 24 avril.

L'enquête concerne, outre M. Sarr, une aide-infirmière chargée de la surveillance de la salle de néonatologie et la cheffe du service de pédiatrie de l'hôpital.

L"'imprudence" et la "négligence" des trois personnes mises en causes "ont été à l'origine de la mort des quatre bébés et des blessures causées aux deux autres", affirme le TGI de Louga dans une note d'information parvenue à l'APS.

"Le drame aurait pu être évité si une garde permanente ou au moins à intervalles plus réduits était" assurée aux nouveau-nés, ajoute-t-il.

Quatre nouveau-nés ont été tués et deux autres blessés dans l'incendie qui s'est déclaré le 24 avril à la maternité de l'hôpital Magatte-Lô, à Linguère, dans la région de Louga.

S'exprimant lors d'un point de presse, M. Bâ a soutenu que ses confrères "n'accepteront pas qu'un digne médecin soit jeté en pâture, ni sacrifié et que le SAMES n'écarte aucune action pour la protection de ses travailleurs".

Selon Docteur Bâ, ses confrères sont "déjà jugés et condamnés" alors que "la vie et la survie des nouveau-nés ont toujours été la règle dans cette unité de néonatalogie".

Il promet que le Docteur Abdou Sarr et ses collaborateurs "ne seront jamais les agneaux du sacrifice".

Les investigations menées avec la Senelec (la société nationale chargée de l'électricité) et le responsable de la maintenance des installations électriques de l'hôpital, selon le parquet du TGI de Louga, ont permis de constater que les disjoncteurs n'avaient pas sauté.

Sur cette affirmation, les médecins ont dénoncé l'association de la SENELEC à l'enquête pour déterminer la cause de l'incendie et qu'aucune alerte ne soit faite sur l'utilisation de ces tables chauffantes artisanales sur lesquelles étaient couchés les nouveau-nés.

Le foyer de l'incendie "se trouvait [dans] la table chauffante artisanale en fer sur laquelle étaient placés les quatre bébés, laquelle comportait des lampes à incandescence de 60 watts, dont le contact avec les moustiquaires a été à l'origine de l'incendie", lit-on dans la note d'information du parquet.

Selon le docteur Bâ, "des centaines d'enfants ont été sauvés d'une mort certaine par cette table chauffante artisanale décriée". Il a dénoncé l'inexistence d'un plateau technique et le manque de personnel au sein de l'établissement sanitaire.

Mardi dernier, le directeur de l'hôpital Magatte-Lô a annoncé avoir démissionné de ses fonctions. "Il y a eu beaucoup de spéculations. Pour mettre à l'aise le chef de l'Etat, le ministre de la Santé, le personnel de l'hôpital, ma famille et moi-même, je démissionne de mon poste de directeur de l'hôpital", a-t-il déclaré à la presse locale.

Au lendemain de sa démission, le chef de l'Etat a demandé au ministre de la Santé et de l'Action sociale de veiller à ce que "toute la lumière" soit faite sur le sinistre.

Mercredi, le ministère de la Santé a affecté à l'unité de néonatalogie un personnel et du matériel médical complet : des couveuses fixes, de tables chauffantes et de tables de réanimation.

"Depuis quatre ans, la structure de santé a fait cette demande d'affection de personnel et de matériel. Ils ont attendu l'incident pour réagir ", a dénoncé le Docteur Bâ qui a regretté la mort des quatre nouveau-nés.

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X