Burkina Faso: Polémique sur un espace vert à Cissin - Le mis en cause apporte des précisions

Incriminé dans l'affaire dite d'occupation illégale d'un espace vert dans le secteur 26 de l'arrondissement 6, Albert Balma, par ailleurs conseiller municipal dudit arrondissement, a convié sur le site une équipe de L'Observateur Paalga pour donner des éléments de réponse sur les questions qui font enfler la polémique. Brandissant un lot de documents, dont l'autorisation d'aménagement dudit espace et des reçus de payement établis par les domaines et la mairie, M. Balma a indiqué qu'après une rencontre tenue à la mairie au cours de laquelle a été présenté le contenu du projet, les riverains ont donné leur approbation pour sa poursuite.

Dans sa parution n° 10 337 du vendredi 30 avril au dimanche 2 mai 2021, le quotidien L'Observateur Paalga faisait cas, sous la rubrique « Une Lettre pour Laye », d'une discorde entre les résidents de la section OD du secteur 26 de l'arrondissement 6 de Ouagadougou et le nommé Albert Balma à propos de l'aménagement d'un espace vert que ce dernier a entrepris.

Selon le mis en cause, ses détracteurs, qui l'accusaient de vouloir construire un débit de boissons sur le site, n'ont pas cherché à comprendre le contenu du projet et ont voulu tout simplement ternir son image de conseiller. « Ils ont prétendu que je voulais construire des maquis et des chambres de passe », a affirmé le conseiller Balma avant d'ajouter qu'en réalité, le problème ne réside pas dans l'aménagement de l'espace mais tient au fait que parmi ses adversaires, figure quelqu'un qui voulait aussi le terrain.

N'ayant pas eu gain de cause, il aurait instrumentalisé les gens sur Facebook. « En réalité si le projet n'arrangeait pas les riverains, les jeunes allaient descendre sur les lieux et arrêter les travaux, ce n'est pas sur Facebook qu'on va aller polémiquer », a dit celui qui est aussi le président de la commission environnementale et de développement local de l'arrondissement. Plan d'aménagement en main, il a expliqué qu'il prévoyait la construction d'un jardin pour les réceptions lors des cérémonies, composé entre autres, d'une piscine, d'une paillote, d'un comptoir, d'une cuisine, etc.

A l'écouter, suite à la polémique, et pour permettre aux riverains de comprendre son projet et sa portée sur le développement du secteur, une rencontre a été organisée le mardi 5 mai entre les deux parties sous la houlette du maire de l'arrondissement, Jean Nacoulma. Au cours de cette entrevue, poursuit-il, j'ai expliqué mon projet et les résidents se sont mis d'accord. « On est allé à la mairie hier, j'ai expliqué le projet aux riverains et ils sont d'accord. Ils ont dit qu'on leur avait indiqué que c'était des maquis et des chambres de passe qu'on voulait y construire ».

Cela, nous avons pu le vérifier avec quelques résidents du quartier. Ainsi pour Dieudonné Kaboré, par ailleurs président des jeunes du secteur 26, le projet est le bienvenu et il ne trouve aucun inconvénient à l'aménagement de cet espace ; au contraire, selon lui cela va contribuer au développement du secteur et partant de l'arrondissement. Même son de cloche chez Joyandé Compaoré, un autre riverain, qui affirme être pour le projet.

Joint au téléphone, Madi Tougma, dont la maison fait face à l'espace à polémique et qui a été l'un des porte-paroles des résidents lors de la rencontre tenue à la mairie, a également indiqué qu'un terrain d'entente a été trouvé. Nonobstant cette adhésion des résidents, les travaux ont été suspendus. Le conseiller Albert Balma a affirmé que les travaux reprendraient très bientôt et que des rencontres d'échanges seraient organisées régulièrement avec les résidents pour ajuster les choses si besoin était.

Plus de: L'Observateur Paalga

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X