Madagascar: Us et coutumes - La cérémonie nuptiale chez les Bemazava

Pour les Bemazava, le mariage est un acte solennel par lequel deux personnes de sexes différents établissent entre eux une union légale. L'union ainsi établie, une cérémonie s'impose. Il est impératif d'organiser une réception à l'occasion de la célébration.

Pour les Sakalava, le rituel du mariage comme tous les autres rites systématiques occupe une valeur primordiale dans la communauté. Les concernés se séparent de leurs parents et quittent leurs amis en quelque sorte, pour construire un nouveau foyer et vivre une nouvelle vie. Ainsi, prières et sacrifices, danses et chants, discours et grands festins, autant d'activités se réalisent dans le cadre d'un mariage sakalava pour authentifier l'amour de deux partenaires et les agréer officiellement au nouveau statut, au rang des adultes.

Le contrat du mariage n'est pas consigné à l'écrit mais il est discuté verbalement par les parents des deux côtés. La jeune mariée est tenue d'observer la fidélité absolue pendant une année pour avoir définitivement droit à sa dot. D'ailleurs, la dot risque d'être plus conséquente si la prétendue est encore vierge. En outre, les critères de choix pour les Sakalava sont au moins de trois ordres : le critère social, qui tient compte de la classe d'appartenance et du lien de parenté.

Le critère esthétique, comme le nom l'indique, se réfère à la beauté du futur partenaire conjugal. Le critère physique, qui est proche de l'esthétique mais qui tient compte des aspects extérieurs, dont la constitution, la couleur de la peau, la taille de la poitrine ou encore le degré de crêpage des cheveux. Et enfin, le critère axiologique qui prend en compte non seulement la morale et la bonne conduite du futur partenaire mais aussi la notoriété de sa famille . Bref, pour les Sakalava, la célébration et la contraction du mariage constituent une véritable alliance scellée entre deux groupes claniques. Cependant, être un véritable homme ou une véritable femme dans la mentalité sakalava, c'est avant tout, devenir capable encore une fois de procréer.

A titre de rappel, toutes les cérémonies organisées doivent être assistées par les ampijôro, ou les gardiens de la tradition. Le Jôro désigne tous rites, toutes invocations et toutes prières traditionnelles. Il comprend aussi toutes les cérémonies basées sur les activités de prière de l'Homme Sakalava. Il engage non seulement les autorités sociales mais également les autorités divines et ancestrales. On peut aussi le traduire par « invocation sacrée », tant il est vrai que le Jôro épouse tous les aspects de la vie. Le sens de la dénomination varie selon les motivations, les circonstances, l'objet de la cérémonie actuelle ainsi que les modalités et l'ampleur dans l'espace et dans le temps.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X