Madagascar: Banque BOA - Un directeur d'agence à la brigade criminelle

L'affaire est partie d'un soupçon de détournement de fonds d'une valeur de 120 millions d'ariary. Un des banquiers travaillant à l'agence concernée s'est dit témoin de l'opération notamment du moment où la somme aurait été sortie.

Peu après, il aurait été séquestré et torturé. « Depuis le début de l'état d'urgence sanitaire, la banque a opté pour la prise en charge du transport du personnel. Un jour, à ma grande surprise, mon supérieur m'a récupéré chez moi pour m'emmener au travail à la place du transport en commun habituel. En cours de route, l'itinéraire a changé et on m'a emmené à Antaninarenina puis Ambohitrimanjaka. Le directeur et ses acolytes m'ont ensuite torturé mais heureusement, j'ai pu prendre la fuite », raconte la victime durant une interview accordée à une télévision locale.

La victime a porté plainte pour tentative de meurtre auprès de la brigade criminelle qui a aussitôt interpellé le directeur d'agence de la banque. Après la clôture de l'enquête préliminaire, ce dernier s'est présenté au parquet du tribunal de première instance hier.

L'affaire est renvoyée pour lundi prochain à la suite d'une demande de report par l'avocat du présumé pour motif de santé. En attendant, le directeur reste en garde à vue dans les locaux de la brigade criminelle à Anosy.

Plus de: Midi Madagasikara

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X