Madagascar: Assemblée nationale - Les députés demandent à être vaccinés en priorité

La première séance plénière par visioconférence de la Chambre basse a été accessible sur les réseaux sociaux. Une séance qui a révélé au grand public les errances des débats à l'institution de Tsimbazaza.

Les députés d'abord. À la veille de l'arrivée de la première cargaison des vaccins anti-coronavirus, quelques élus ont formulé le vœux que les membres de la Chambre basse soient inscrits dans la liste des personnes prioritaires, pour en bénéficier.

L'argument mis en avant durant la séance plénière par visioconférence, hier, est que les élus de l'Assemblée nationale aussi, sont au contact de la population. L'autre motif est que la vaccination permettrait de reprendre la session ordinaire en présentiel. À entendre les diverses interventions durant la séance plénière d'hier, des députés s'accommodent mal des séances en ligne. D'autres insistent pour que le rendez-vous pour les questions et réponses entre les élus et le gouvernement soit un vrai face-à-face et ne se tienne pas en ligne.

Inscrire les députés dans la liste des personnes prioritaires pour l'accès au vaccin anti-Covid-19, serait donc la solution pour reprendre la session en présentiel. Au regard de la séance d'hier, des améliorations sont à faire sur plan organisationnel, technique et, pour certains, technologique, certes. Le galop d'essai a, cependant, été concluant. Il a démontré que les débats parlementaires peuvent se faire en visioconférence.

Les arguments martelés par certains élus, hier, pour figurer dans la liste des personnes à prioriser pour le vaccin anti-Covid paraissent alors, incongrus, voire déplacés. Deux cent cinquante mille doses de vaccin devront débarquer au pays, ce jour. Dans la liste des personnes prioritaires, il y a les médecins, le personnel de santé et les éléments des Forces de défense et sécurité (FDS). Les personnes qui sont au front dans la riposte contre la pandémie donc.

Interventions effarantes

Les personnes vulnérables comme les personnes âgées ou les diabétiques, peuvent aussi figurer dans la liste des bénéficiaires prioritaires des vaccins. Il est certain, toutefois, qu'il n'y en aura pas pour tout le monde. Une raison de plus pour administrer les doses disponibles avec parcimonie. Il y a, par ailleurs, une inscription préalable.

« Si jamais des députés sont diabétiques, ou ont plus de 70 ans, ils peuvent s'inscrire pour faire partie des personnes à vacciner en priorité. Sinon, il peuvent toujours être vigilants dans le respect des gestes barrières », avance un observateur. Deux députés ont été emportés par le coronavirus depuis que la pandémie a fait son incursion à Madagascar. Ce qui pourrait expliquer les craintes de certains élus. Comme l'ont souligné d'autres membres de l'institution de Tsimbazaza, c'est justement pour éviter les contaminations qu'il a été décidé de tenir la session en ligne. La Constitution dispose que les séances de l'Assemblée nationale sont publiques.

La séance d'hier a été retransmise en direct sur le compte Facebook de l'Assemblée nationale. Ce qui a permis à un large public de suivre les débats. Les échanges ont, toutefois, montré un visage peu reluisant des députés avec des interventions effarantes. Une proposition de résolution pour inscrire des dispositions relatives aux sessions en ligne dans des contextes exceptionnels comme celui actuel, a été à l'ordre du jour, hier.

L'intervention de plusieurs députés, toutes tendances confondues, s'est concentrée sur le maintien des indemnités de transport et d'hébergement qu'ils devraient percevoir en période de session. Même un député élu à Antananarivo a plaidé pour en bénéficier. Un député a, du reste, requis que soit programmée une séance à huis clos afin de discuter des problèmes rencontrés par les députés durant l'inter-session.

Bondissant sur l'occasion, un député a narré qu'en vertu de son statut, il aurait intercédé en faveur de candidats à un concours officiel de l'administration. Visiblement mécontent que ses protégés n'ont pas réussi le concours, il a suggéré l'ouverture d'une enquête parlementaire sur le sujet. La diffusion en direct sur Facebook de la séance a été coupée peu après cette intervention. Il y a quelques semaines, une discussion privée dans laquelle un élu affirme son mécontentement face au refus que lui soit attribué un quota dans le recrutement d'enseignant FRAM a déjà fuité sur les réseaux sociaux.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X