Madagascar: Tolagnaro - Rajoelina tacle les ministres

Une gifle. Une phrase dite par Andry Rajoelina, président de la République, durant l'inauguration du Centre de traitement Covid-19 (CTC-19), de Tolagnaro, hier, sonne comme un coup d'estoc asséné à certains hauts responsables.

«C'est pour cela que je suis là. Pour que je puisse vous le remettre en main propre, puisque souvent, lorsque je donne des consignes, elles mettent du temps à être appliquées», déclare le Chef de l'État. Des mots en référence à la remise des primes exceptionnelles aux médecins et aux membres du personnel de santé au front dans la lutte contre le coronavirus, à Tolagnaro. La phrase présidentielle, glissée au milieu de son discours pourrait passer inaperçue. Elle raisonne, toutefois, comme un cadre de l'équipe de l'Exécutif.

La question du paiement des primes et indemnités est une des raisons du bras de fer larvé entre l'État et des acteurs de la santé publique. À maintes reprises, le Président a affirmé que les primes seront payées. La traduction en acte des engagements présidentiels reviennent aux ministres et leurs collaborateurs. Comme il l'a indiqué, hier, cela prend, pourtant, du temps dans la plupart des cas. Des atermoiements, des retards d'action voire inaction, qui nuisent pourtant, à la lutte contre la pandémie.

Exercice révélateur

À la sortie de la cérémonie de prestation du directeur général du Service de renseignement financier (SAMIFIN), le 28 avril, il soutient qu'il a déjà requis le plein engagement de l'ensemble du gouvernement dans cette guerre sanitaire. Qu'à chaque ministre, est attribué le coaching d'une région. Depuis quelques temps, les observateurs soulignent que le président de la République paraît esseulé au front de la guerre sanitaire. Que pratiquement tous les sujets brûlants semblent nécessiter une intervention présidentielle. La crise sanitaire met, par ailleurs, en lumière le manque de proactivité de certains ministres. D'autres semblent avoir des difficultés à concrétiser les consignes et engagements du Chef de l'État.

Un autre exemple des consignes présidentielles non suivies d'application concrète, ferme et rapide est le plafonnement des prix des produits de première nécessité (PPN). À deux reprises, la décision y afférente a été annoncée en grande pompe. Sur les étals des marchés, pourtant, les prix affichés sont toujours aussi «effroyables».

Aux atermoiements s'ajoutent les sorties et déclarations maladroites de certains membres du gouvernement qui ne font qu'ajouter de l'huile sur le feu, en ces temps déjà difficiles.

Par manque de transparence ou d'anticipation, des ministres sont plutôt dans la réaction et se muent en pompiers afin d'éteindre les incendies causés par des sujets à polémique. L'exercice de l'interview diffusée sur la télévision publique, dimanche, a révélé des membres du gouvernement hésitants et approximatifs. Les bafouillements pourraient démontrer qu'ils n'ont pas les épaules assez larges pour mener à bien les missions qui leur sont confiées dans cette guerre sanitaire.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X