Maroc: Sahara marocain - Rabat passe à la vitesse supérieure dans ses relations avec ses alliés (politologue)

Paris — Le Maroc est passé à la vitesse supérieure dans ses relations avec ses amis et ses alliés, en ce qui concerne le dossier du Sahara, souligne vendredi le politologue Mustapha Tossa.

"Après avoir longtemps composé avec la zone grise de leurs positions, le clair-obscur de leur approche et parfois le double langage de leur convictions sur le dossier du Sahara, aujourd'hui le Maroc exige d'eux une grande clarification pour enterrer définitivement cette séquence d'incertitudes et d'hésitations productrices de tensions", écrit M. Tossa dans une analyse sous le titre "Grande fermeté marocaine à l'égard de Berlin et Madrid".

Le politologue relève qu'il faut placer la fermeté marocaine à l'égard de Berlin et de Madrid dans ce contexte, faisant observer que par des formules différentes, Rabat leur reproche de se livrer à un "double jeu hostile".

D'un côté un affichage d'amitié et de solidarité publique et officielle, de l'autre côté un comportement et une attitude douteuse. D'un côté des relations rationnelles et intéressées, de l'autre côté, une démarche subversive", note M. Tossa dans son analyse publiée sur le site Atlasinfo.

Avec l'Espagne, voisin "vital" et porte du nord du Maroc vers l'Europe, le partenariat stratégique a été patiemment tissé avec une balance commerciale qui ferait rougir d'envie tous les pays de la région, une coopération sécuritaire d'une efficacité à toute épreuve, qu'elle soit sur l'immigration clandestine, le trafic de drogue, le grand banditisme, le crime organisé ou la lutte contre le terrorisme, rappelle-t-il.

Et pourtant, observe le commentateur, à la première occasion, l'Espagne donne un "véritable coup de poignard dans le dos" du Maroc en recevant en douce le chef des séparatistes du Polisario Brahim Ghali avec une identité fictive et un vrai-faux passeport diplomatique algérien.

"Pire quand ce grand scandale a été porté à la connaissance de l'opinion internationale, l'Etat profond Espagnol s'ingénie à ralentir et à obstruer les procédures judiciaires lancées sur le territoire espagnol contre Brahim Ghali pour viols et crimes contre l'humanité. La justice espagnole notoirement connue pour son indépendance du pouvoir politique prend un grand coup dans sa crédibilité nationale et internationale", renchérit-il.

Pire encore, ajoute le politologue, "pour enrober ce recul sur l'indépendance de la justice et cette duplicité du discours, les autorités espagnoles évoquent une logique humanitaire qui n'a pas lieu d'être dans un cas de violation de droit avéré comme celui qui entoure le chef des séparatistes".

Et d'estimer que "sans doute sans le vouloir, les services algériens, par cet abracadabrant épisodique Ghali ont réussi l'exploit de dévoiler le véritable visage de la diplomatie espagnole et offert au Maroc une inestimable occasion d'exiger cette clarté et cette transparence de la part de l'Espagne".

Aux yeux de l'auteur, "la logique diplomatique de Rabat est ce couac entre l'Algérie et l'Espagne pour plier le match, d'où cette insistance de la diplomatie marocaine d'exiger des réponses convaincantes sur cette attitude espagnole et d'en tirer toutes les conséquences".

A l'égard de l'Allemagne, explique M. Tossa, le jeu diplomatique est sur un autre tempo, une autre vitesse s'agissant de l'accumulation d'un certain nombre d'indices qui renseigne sur la véritable position allemande.

"Tel un puzzle politique, mis côte à côte, ces indicateurs donnent fortement l'image d'un tableau hostile à l'égard du Maroc, diffus de sournois dont il faut traiter le mal à la racine pour l'empêcher de se répandre", décortique-t-il.

De l'exclusion du Maroc des négociations de Berlin sur l'avenir de la Libye, passant par la convocation inamicale du Conseil de sécurité de la part de l'Allemagne pour discuter et donc s'opposer à la reconnaissance américaine de la souveraineté du Maroc sur son Sahara, jusqu'à la diffusion d'informations sécuritaires sensibles à l'égard d'individus et d'entreprises terroristes hostiles au Maroc. Autant d'éléments qui forment un "faisceau d'une hostilité évidente" à l'égard du Maroc, détaille le politologue.

Pour crever cet abcès, relève-t-il, Rabat a choisi la méthode du « Blitz » diplomatique, qui commence par le gel "spectaculaire" de toutes relations avec l'ambassade allemande à Rabat et les fondations allemandes actives au Maroc et se poursuit par la convocation de l'ambassadrice marocaine à Berlin pour concertation.

"Le Maroc compte user de tous les moyens pour obliger l'Allemagne à une clarification de son jeu à l'égard des intérêts vitaux marocains. Avec cette maxime économique appliquée à la diplomatie « quoi qu'il en coûte", affirme le commentateur.

Et de souligner que parce que le tournant de la reconnaissance américaine est "historique", le Maroc est entré dans une phase "d'activisme diplomatique" où il doit exploiter à chaud les retombées diplomatiques de cette performance, ajoutant que ses alliés et ses amis européens sont actuellement "sommés de sortir de cette zone de confort qui leur a longtemps permis de jouer sur plusieurs tableaux et de naviguer dans les eaux troubles de la connivence et de la duplicité".

Plus de: MAP

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X