Togo: Propriété privée

Le principe des droits d'auteurs est une notion inconnue au Togo ou volontairement bafouée. Les oeuvres (musique, films, photos, articles) sont pillées.

Engager des procédures est long et coûte de l'argent. D'autant que la violation de la propriété intellectuelle est souvent l'oeuvre d'individus qui n'ont aucune existence légale.

Le Bureau togolais du droit d'auteur (BUTODRA) veut changer son modèle de fonctionnement pour assurer une protection a minima des artistes. Pas évident.

'Si nous sommes confrontés à un usager ou un exploitant qui ne veut pas payer ses redevances, nous passons par la justice. Malheureusement, ce moyen est lent', explique Komlan Edjidomele, directeur du BUTODRA.

Son idée est de créer une brigade anti-piraterie capable d'effectuer des vérifications et de mener des descentes dans les stations de radio ou de télévision, les studios de musique, les éditeurs, les bars et restaurants ...

Sur le papier, c'est une bonne idée. Mais la mise en oeuvre s'avère délicate.

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X