Ile Maurice: Saisie de 269 kg de drogue - L'ICAC resserre son étau sur la famille Gurroby

Après les fils le père... et les épouses. Tesswur Gurroby, connu comme Babul, et les femmes de Nitesh, Rajkumari Gurroby et de Ritesh, Rachel Bianca ont été entendus par l'Independent Commission against Corruption (ICAC) ce vendredi 7 mai.

Tesswur Gurroby a été arrêté et placé en détention policière en vertu de la Financial Intelligence and Anti-Money Laundering Act (FIAMLA). Il comparaîtra en cour le 8 juin. Rajkumari Gurroby et Rachel Bianca Gurroby ont été arrêtées et relâchées sur parole.

L'ICAC enquête sur cette famille depuis la saisie record de 296 kg de drogue, dimanche, à Pointe-aux-Canonniers. Elle s'intéresse au volet de blanchiment d'argent.

Les officiers de l'ICAC se sont rendus dans le Nord afin saisir d'autres biens appartenant au Gurroby et approfondir l'enquête.

Un bateau estimé à Rs 20 millions a été saisi par commission et remorqué à Réduit dans l'après-midi.

Par ailleurs, l'ICAC a ordonné que le bateau Legacy appartenant à leur société Ice to Ice Fishing Co Ltd, soit ramené de St-Brandon pour le saisir. Il a été remorqué jusqu'au port ce matin.

Hier Nitesh Gurroby, arrêté mercredi a été interrogé par les enquêteurs de l'ICAC. Il a ensuite été traduit en cour de Pamplemousses, où une accusation formelle de blanchiment d'argent, sous l'article 3 de la FIAMLA, a été retenue contre lui.

L'ICAC a objecté a sa remise en liberté, évoquant trois raisons : «tampering with evidence», «risk of absconding» et «interfering with witness». Nitesh Gurroby est retourné en cellule au poste de police de Belle-Mare. Son frère Niresh, arrêté mercredi dans un campement à Pointe-aux-Canonniers, est détenu incommunicado.

Le cadet des frères Gurroby s'est d'abord rendu dans les locaux de l'ICAC, hier, au courant de la journée en compagnie de son avocat, Raj Pentiah. Il a été interrogé sur les biens que possède sa famille. En effet, les enquêteurs de la commission anticorruption s'intéressent aux ramifications financières autour des affaires des trois frères. Ils procèdent actuellement à la préparation des ordres de saisie sur les biens de la famille Gurroby. D'ailleurs, les deux bateaux saisis mercredi à Grand-Baie et Mont-Choisy ont été mis sous scellés dans la cour de l'ICAC au Triangle Square à Réduit.

Des biens de Rs 50 M ?

Une dizaine de voitures de luxe - dont des Mercedes et BMW -, deux maisons à Grand-Baie, des yachts, des bateaux semi-industriels, des chevaux de course, les biens de Ritesh, Nitesh et Niresh Gurroby s'élèveraient à au moins à Rs 50 millions, selon nos renseignements. L'ICAC soupçonne d'ailleurs que les voitures, dont certaines sont sur leasing, appartiennent à Niresh Gurroby. Ce dernier serait un fan des bolides. Il aurait utilisé des prête-noms pour acquérir ces véhicules pour ne pas éveiller des soupçons.

Hier, Nitesh Gurroby a aussi été interrogé sur des documents saisis au siège de Northern Seafoods Ltd à Triolet. Le suspect a expliqué que les documents sont en règle.

Les entraîneurs interrogés

La commission anticorruption se penchera bientôt sur la connexion entre les Gurroby et le milieu hippique. Les entraîneurs concernés seront appelés pour expliquer comment les parts des chevaux ont été acquis par les suspects.

Qu'en est-il de la découverte de Rs 12 millions en devises étrangères et de la saisie de pierres précieuses en février par les officiers de l'ADSU ? Si à l'époque, Nitesh et Ritesh Gurroby avaient produit des preuves sur l'achat de ces pierres et la provenance de cet argent, il nous revient que le dossier sera remis à l'ICAC pour une enquête approfondie.

Par ailleurs, Niresh Gurroby devrait, lui, comparaître en cour de Pamplemousses dans les jours à venir. Sera-t-il confronté dans les prochains jours à la déclaration du gardien Siwdanand Rawah.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X