Algérie: Massacres du 8 mai 1945 - Un évènement en attente de plus d'intérêt dans le cinéma

Alger — Le cinéma algérien a consacré depuis l'indépendance une place importante dans ses œuvres de long-métrage et documentaires au thème de la guerre de libération nationale jetant la lumière sur ces évènements et les sacrifices du peuple algérien pour la liberté, toutefois les massacres du 8 mai 1945 qui ont bouleversé le monde n'ont pas bénéficié d'une place remarquable sur le répertoire du cinéma et de la production dramatique.

Les avis des spécialistes et cinéastes peuvent être divergents sur les raisons de l'absence d'un large traitement de ces massacres survenus après la fin de la seconde guerre mondiale. Cela ne minimise pas l'éveil déclenché chez le peuple algérien face au colonisateur injuste et qui était un tournant dans la prise de conscience des Algériens et la cristallisation de la lutte des partis pour que la lutte armée devienne la seule voie pour recouvrer la souveraineté nationale.

Pour le journaliste et critique de cinéma, Nabil Hadji les manifestations du 8 mai 1945 n'avaient pas fait l'objet des films révolutionnaires algériens produits après l'indépendance "en raison de l'orientation générale des pouvoirs publics à la production de films sur la période de la guerre de libération nationale (1954-1962)".

Néanmoins, il a y avait un intérêt implicite pour cet évènement historique dans l'émergence de la prise de conscience de libération révolutionnaire armée mais également vis-à-vis la brutalité de cet évènement pour les Algériens.

En dépit que ces massacres ont été commémorés dans des chansons et dans le théâtre, il y avait peu œuvres cinématographiques nationales de long-métrage et documentaires produits plus tard.

Le critique a évoqué les films ayant consacré une place importante à cet évènement dont "Chroniques des années de Braise" de Mohamed Lakhdar Hamina en 1975 qui remporté la Palme d'or au festival de Cannes ainsi que le film "Fleur de lotus" de feu Amar Laskri en 1999.

Le même intervenant a estimé que ce thème était omniprésent dans le film historique "Hors la loi" de Rachid Bouchareb (2010), pour lequel un grand espace a été consacré. Le Réalisateur Bouchareb l'a évoqué également à travers les scènes d'ouverture de son film "Indigènes" (2008).

Selon Nabil Hadji, les incidents du 8 mai 1945 étaient présents dans certains films historiques étrangers, à l'instar du film "Ce que le jour doit à la nuit", du réalisateur français Alexandre Arcady, inspiré d'une histoire de l'écrivain algérien, Yasmina Khadra.

Nabil Hadji a rappelé également l'importance accordé par les programmes télévisés à ces évènements à travers le film "Douleur" de Mohamed Hazourli, et dont le tournage s'est déroulé à la ville de Sétif en 1977.

Pour sa part, le scénariste et journaliste, Boukhalfa Amazit, a incombé le manque de longs métrages cinématographiques ayant abordé ces évènements tragiques à "la difficulté pour le cinéma de maîtriser ce grand évènement durant lequel les manifestations pacifiques se sont transformées en massacres odieux", soulignant le manque de scénaristes souhaitant aborder les circonstances de ces massacres qui représentent une étape charnière dans la lutte du peuple algérien pour l'indépendance".

Il s'agit d'un thème déjà abordé par d'autres réalisateurs, à l'instar de Rachid Bouchareb dans son film "indigène" dans lequel il avait fait recours à la technique du scénario pour exprimer le rôle de cette tragédie humaine dans l'accélération du déclenchement de la guerre de libération.

Dans le tournage de scènes retraçant de pareils évènements, "le réalisateur doit avoir du génie pour pouvoir maîtriser le mouvement des foules", à l'image de l'expérience de l'italien Gillo Pontecorvo dans "la bataille d'Alger" qui a réussi dans une large mesure à transmettre les évènements, a-t-il souligné, précisant, néanmoins, que ce genre de thèmes exigent des spécialistes et des fonds colossaux".

Il s'agit d'un thème déjà traité dans plusieurs productions cinématographiques et autres et dont l'atrocité de certaines scènes demeure gravée dans la mémoire collective.

Héliopolis de Djaafar Gacem, dont l'avant première a été présentée en novembre dernier à Alger demeure le seul film consacré aux massacres du 8 mai 1945, perpétrés par le colonisateur français contre le peuple algérien et il s'agit de la première approche dramatique de cette phase historique.

Le réalisateur d'Héliopolis, l'ancien nom de la ville de Guelma, a adopté une nouvelle approche dans le traitement de ce sujet, pour montrer d'un autre œil certains évènements. Le film retrace la vie de la famille Zenati, un notable et riche de la région.

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X