Burkina Faso: Modernisation de l'état civil au Burkina Faso - L'OIM offre des équipements

L'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a remis, le jeudi 6 mai 2021 à Ouagadougou, des équipements informatiques pour la modernisation de l'état civil au ministère de l'administration territoriale et de la décentralisation (MATD). Le matériel estimé à 33 millions de FCFA sera déployé dans six Communes des Régions du Centre-est et de l'Est.

L'état civil est le reflet de la situation personnelle d'un individu dans sa famille et dans la société. Il est l'officialisation dès la naissance d'une situation permanente. L'individu acquiert son identité en tant que personne, en tant que citoyen d'un Etat par l'état civil. Mais au Burkina Faso, en particulier, disposer d'acte d'état civil peut relever d'un parcours du combattant. C'est dans le cadre de la modernisation de l'état civil au « Pays des Hommes intègres » que l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) a décidé d'apporter son soutien aux efforts du gouvernement dans le processus de mise à l'échelle de la solution intégrée « iCivil », débuté en janvier 2020.

« Ce matériel extrêmement important sera utilisé à bon escient »

Selon le ministre en charge de l'administration territoriale, Clément Sawadogo, à la suite des partenaires tels que le Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) et le Haut-Commissariat pour les réfugiés (HCR), l'agence onusienne pour les migrations (OIM), à travers un appui estimé à 33 millions de FCFA, vient rehausser le nombre de centres opérationnels à 22 Communes et 135 formations sanitaires reparties dans huit régions du Burkina Faso. « Ce matériel extrêmement important sera utilisé à bon escient et aux fins qui lui sont destinées », a rassuré le ministre, tout en remerciant l'OIM pour le geste salvateur. Ce sont les Communes de Sangha, de Soudougui et de Yargatenga au Centre-Est et les Communes de Pama, de Kompienga et de Madjoari à l'Est, des Communes frontalières et par ailleurs zones d'intervention de l'OIM, qui seront connectées au registre numérique national basé à la Direction générale de la modernisation de l'état civil (DGMEC). Le don est composé de 21.750 identifiants uniques iCivil avec support carte pour l'enregistrement numérique des nouveau-nés ; 31 smartphones iCivil pour la déclaration des naissances et des décès ; 7 clés de cryptage sécurisées iCivil ; 7 douchettes pour lecture électronique, 7 ordinateurs pour les centres principaux et les Tribunaux de Grande Instance, 7 imprimantes HP LaserJet, 6 box de connexion et 72 cartes de recharge.

Enregistrement sécurisé des faits d'état civil en temps réel

« L'OIM travaille pour les droits humains. Toute personne qui nait a droit à être reconnue par un Etat. L'OIM et ses partenaires sont ici pour accompagner le Burkina Faso dans la délivrance des services de qualité à tous les citoyens, qu'ils soient au niveau central ou aux frontières », a soutenu la Cheffe de mission de l'OIM au Burkina Faso, Aissatou Guissé Kaspar. La plateforme technologique de dernière génération iCivil a été acquise par l'Etat en 2020 pour la construction du registre numérique national de l'état civil du Burkina Faso, à travers l'attribution à chaque citoyen d'un identifiant unique à vie dès la naissance, l'enregistrement sécurisé des faits d'état civil en temps réel y compris dans les zones les plus reculées et une interopérabilité dynamique offerte aux écosystèmes connexes. La Plateforme, développée par le Consultant en sécurité documentaire, Adama Sawadogo, prend en compte l'ensemble des faits d'état civil et permet à chaque citoyen de l'intérieur comme de l'extérieur, à travers les Ambassades et Consulats, de disposer de ses actes d'état civil depuis n'importe quel centre d'état civil.

Plus de: Sidwaya

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X