Nigeria: La vague des kidnappings d'étudiants touche tout le pays

Au Nigeria, les kidnapping sont en forte augmentation. Plusieurs universités prennent désormais des mesures pour tenter d'assurer la sécurité de leurs étudiants, réduisant les horaires de cours ou fermant les dortoirs. Alors qu'une trentaine d'étudiants ont été libérés, mercredi 5 mai, dans l'État de Kaduna, d'autres sont toujours captifs.

Après deux mois de détention, les vingt-sept étudiants enlevés à Afaka le 11 mars 2021 ont finalement retrouvé leurs familles ce vendredi. Leur libération avait été annoncé mercredi 5 mai par les autorités de l'État de Kaduna. Dix autres de leurs camarades avaient déjà été libérés, suite au versement de rançons par leur famille.

L'inquiétude des familles est vive

Mais d'autres jeunes sont toujours retenus en otages dans l'État de Kaduna : seize étudiants de l'université de Greenfield enlevés le 20 avril sont toujours captifs. L'inquiétude de leurs famille est vive, alors que cinq de leurs camarades ont déjà été abattus par leurs geôliers. Pourtant, le gouverneur local se veut inflexible face aux demandes des groupes armés - Nasir El Rufai applique strictement une politique du « no negociation, no ransom » - pas de négociation, ni de rançon et prône la méthode forte contre les ravisseurs.

Dans le sud du pays aussi

Cette vague de kidnappings ne se limite pas uniquement au nord-ouest du Nigeria. En fin de semaine, ce sont des étudiants de l'université d'Abia, située cette fois dans le sud du pays, qui ont été capturés dans l'attaque d'un bus. Selon les autorités, un seul est toujours détenu avec d'autres passagers, les autres ayant réussi à s'échapper.

► À lire aussi : Nigeria: mort du chef de gang qui avait mené l'enlèvement de 344 garçons d'un pensionnat

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X