Maroc: A Delhi, les tuk-tuks convertis en ambulances de fortune

New Delhi — Équipés d'une bouteille d'oxygène, d'un oxymètre pour mesurer les niveaux d'oxygène dans le sang et autres fournitures médicales, des dizaines d'autorikshaw à Delhi se sont convertis en ambulances de fortune pour répondre au manque cruel en termes d'ambulances dans la mégalopole indienne.

Certes, ce n'est pas le moyen le plus idéal pour se rendre à l'hôpital, mais face au déluge de patients atteints de Covid-19, les autorités de Delhi ont autorisé aux fameux véhicules à trois roues de servir les patients contaminés et contribuer aux efforts de lutte contre la pandémie.

Ainsi, le gouvernement local de Delhi, en coopération avec l'association Turn Your Concern Into Action, (TYCIA) a équipé plusieurs autorikshaw avec des désinfectants, des masques faciaux, et même des bouteilles d'oxygène en fonction des besoins.

En ces temps de crise, les ambulances conventionnelles sont difficiles à trouver alors que les familles devraient payer des montants exorbitants à des ambulanciers privés pour emmener leurs proches contaminés à l'hôpital.

"Nous devons tous nous entraider en ces temps difficiles pour sortir de cette situation", a déclaré Raj Kumar, fondateur et directeur exécutif de TYCIA, ajoutant dans une déclaration à la presse que "si tout le monde reste à la maison parce qu'il a peur, alors qui va aider ceux qui en ont besoin?"

"Nous recevons des appels non seulement de patients atteints de Covid, mais aussi de travailleurs de première ligne qui ont du mal à trouver un moyen de transport, ainsi que des personnes souffrant d'autres maux", a-t-il dit.

Grâce à ce nouveau moyen de transport médical, les patients qui présentent des symptômes légers peuvent bénéficier des services «gratuits» pour atteindre à temps les hôpitaux.

Sur les réseaux sociaux, les commentaires affluent par milliers pour louer ces services offerts par les conducteurs de tuk-tuks, vêtus d'un kit EPI, tout en mettant un cloison les séparant des patients.

Le succès de ces mini-ambulances est tel que la TYCIA a reçu des demandes d'autres régions du pays pour y mettre en place ses services, assure M. Raj.

La société compte augmenter le nombre de ces tuk-tuks spécialisés. "C'est une période de crise et tout le monde devrait apporter sa contribution pour juguler la pandémie", a-t-il lancé.

Depuis quelques semaines, le géant indien fait face à un raz-de-marée des contaminations qui déferlent sur le deuxième pays le plus peuplé de la planète mettant littéralement à genoux le système de santé en entier.

L'explosion de la pandémie est due en partie à un "double mutant", le nouveau variant qui suscite désormais des inquiétudes en Inde et ailleurs car il serait porteur de deux mutations particulièrement puissantes et résistantes aux anticorps. A cela s'ajoutent les meetings politiques et électoraux, et les festivals religieux dont le Khumb Mela qui a rassemblé des millions de pèlerins hindous.

Résultat, la situation est hors de contrôle et presque rien ne parvient jusqu'à présent à aplatir la courbe des contaminations. Le pays qui croyait vaincre la pandémie se retrouve impuissant, sans aucun moyen de répondre face à l'ampleur de la crise et les responsables entrevoient avec tant d'espoir les prévisions des experts qui prévoient un pic des contaminations vers la fin de ce mois de mai avant que la vague ne commence à s'affaiblir graduellement.

Plus de: MAP

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X