Algérie: Massacres du 8 mai 1945 - Des crimes bien ancrés dans la mémoire nationale

Tlemcen — Les massacres du 8 mai 1945, perpétrés par les forces coloniales françaises contre le peuple algérien, comptent parmi les crimes de guerre et les crimes contre l'humanité les plus odieux commis au cours du XXème siècle, a estimé l'historien Attar Mohamed, conservateur de patrimoine au musée du moudjahid de la wilaya V historique de Tlemcen.

"Les massacres du 8 mai ne sont pas les premiers crimes de la France coloniale. L'histoire de France est entachée de crimes", a rappelé l'historien.

Sur les massacres des Oufia, le général Rovigo, qui commandait les auteurs de ce crime, écrivait dans ce sens: "nos soldats étaient à cheval portant des têtes humaines sur leurs épées et à Bab Azzoun, les bijoux des femmes fixés à leurs avant-bras amputés et à leurs oreilles sectionnés étaient exposés devant tout le monde".

Attar Mohamed a rappelé que les conditions des algériens étaient complètement détériorées à la veille de mai 1945.

Le 8 Mai 1945, a ajouté la même source, le monde occidental célébrait la fin du second conflit mondial et signature de l'armistice avec l'Allemagne nazie. Les Algériens voulaient participer à cette liesse, en brandissant le drapeau frappé aux couleurs nationales et revendiquer tout haut leur droit à l'indépendance.

Pour ce droit, les Algériens se sont vaillamment battus dans les rangs des alliés et ont versé leur sang sur les différents champs de bataille. Ils ont manifesté à Sétif, Kherrata, Guelma et d'autres villes à l'instar de Tlemcen, selon des témoignages de moudjahid.

8 mai 1945, un prélude à la lutte armée

Le mardi 8 mai 1945, brandissant les couleurs nationales, Bouzid Sâal a été froidement abattu par les militaires français qui transformèrent ainsi les manifestations pacifiques en affrontements sanglants.

A Sétif, Guelma et Kherrata , des renforts militaires ont été envoyés pour exterminer les populations algériennes et commettre ce qui allait devenir l'une des plus horribles et des plus sanglantes pages de l'histoire du colonialisme français en Algérie.

L'historien Attar Mohamed a rappelé que sans distinction aucune, les militaires français et les milices armées ouvraient le feu sur tout le monde, hommes, femmes, vieux et enfants commettant dans les villes et dans les hameaux les plus lointains un crime que le temps ne peut faire oublier.

Pour lui, les massacres du 8 Mai 1945 étaient prémédités dans l'optique de pousser le peuple algérien à enterrer ses aspirations notamment le recouvrement de son indépendance nationale.

Le bilan de ce massacre est de 45.000 algériens tombés au champ d'honneur. Les évènements du 8 mai 1945 ont été le prélude de cette étape fondamentale de l'histoire contemporaine nationale, celle du déclenchement de la lutte armée, le 1er novembre 1954, qui aboutira, au prix de mille et un sacrifices, au recouvrement de indépendance et de la souveraineté nationale.

A La Une: Algérie

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X