Ile Maurice: Covid-19 - L'océan Indien retient son souffle

À la Réunion, 1 070 cas de Covid-19 ont été recensés en sept jours, ont annoncé la préfecture et l'Agence régionale de Santé.

Si les autorités de l'île soeur jugent que la situation est stable, elles demandent à la population de continuer à maintenir les gestes barrières. C'est justement ce que fait Ackleema Bibi Nubee. Cette dernière, qui habite depuis six ans à St-André, y gère une activité liée au domaine bancaire. Le public, elle le côtoie en permanence. Et cela ne lui fait pas peur. «On ne peut pas arrêter de vivre à cause de ce virus. Il faut juste respecter les gestes barrières. Pour ma part, j'ai déjà reçu mes deux doses de vaccin Pfizer.» En ce qui concerne la vie au quotidien, elle souligne qu'elle se déroule normalement sur toute l'île. «Les supermarchés et commerces sont ouverts, mais doivent se fermer à 18 heures à cause du couvre-feu.»

Frayeur omniprésente

Faisons une escale à présent aux Seychelles où la situation est devenue inquiétante. Et ce, malgré le fait que 60 % de la population a reçu ses deux doses de vaccin. Alain Lauricourt, chef cuisinier, fait partie des personnes qui travaillent dans les services essentiels. «J'ai déjà fait mes deux doses de vaccin Sinopharm, et cela depuis février. Mais quand même, ce virus continue à faire peur.» Depuis quelques jours, il entend dire que ses voisins et collègues se retrouvent en quarantaine. «Ces personnes ont eu contact avec des malades et il se peut qu'elles aient amené le virus chez elles sans le savoir. Donc, tous les jours, on se pose la même question. Est-ce que l'on ne transporte pas le virus à la maison auprès de notre famille ?» Certes, il soutient que les gestes barrières sont respectés mais la frayeur reste omniprésente. «Je dois porter le masque toute la journée et étant à la cuisine, imaginez combien c'est difficile de goûter les plats. Mais on fait avec... »

Par contre, dans la Grande île, les cas recensés quotidiennement sont toujours à la hausse. Les Mauriciens présents à Madagascar sollicitent l'aide du gouvernement mauricien pour l'obtention de vaccin. C'est à travers la page «Expat Maurice-Madagascar» que Sam Jodhun et Ravin Goonmeter s'expriment. «Nous sommes dans une urgence sanitaire sans précédent. Le nombre de contaminés est alarmant et l'on ne compte plus les morts. Beaucoup parmi nous ont été contaminés durant la première vague en juillet 2020 et on ne veut pas revivre cette mésaventure.»

Ils se souviennent des quatre compatriotes qui n'ont pas survécu à ce virus. Ils espèrent que le gouvernement leur fera parvenir au plus vite les 4 000 doses de vaccin demandées. À savoir que la campagne de vaccination débute le 10 mai dans la Grande île mais ne concerne que les frontliners malgaches.

Plus de: L'Express

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X