Sénégal: Un "poste de contrôle juxtaposé" en gestation à la frontière sénégalo-gambienne

Keur-Ayip (Kaolack) — L'Etat du Sénégal milite pour la création d'un "poste de contrôle juxtaposé" entre la Gambie et le Sénégal, sous la forme d'une plateforme devant réunir les forces de défense et de sécurité opérant à frontière des deux pays, a annoncé l'adjoint au préfet de Nioro, Maguette Ndiaye.

"La politique de l'Etat du Sénégal, en ce qui concerne la sécurité, c'est de créer ce qu'on appelle un poste de contrôle juxtaposé, une plateforme qui va réunir tout ce qui est force de défense et de sécurité de part et d'autre de la frontière" commune au Sénégal et à la Gambie, a-t-il dit.

L'adjoint du préfet de Nioro s'exprimait lors d'une visite à Keur-Ayip, au nord de la frontière que le Sénégal partage avec la Gambie, dans la région de Kaolack.

Son déplacement dans cette localité faisait suite à l'importante saisie de drogue et de faux billets d'euro opérée par la brigade commerciale des douanes de Keur Ayip.

Maguette Ndiaye était en compagnie du chef du bureau des douanes de Keur-Ayip, le lieutenant-colonel Papa Faye, représentant le directeur régional des douanes de la zone centre, le colonel Bourama Diémé.

"La commission départementale de recensement des impenses a déjà fait le travail. Les procédures de payement sont en instance, et après payement de ces impenses, nous allons commencer par mettre en œuvre cet important chantier porté par l'Etat du Sénégal et la CEDEAO", la communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest, a indiqué l'adjoint au préfet de Kaolack.

"Il s'agit d'héberger dans ce poste de contrôle juxtaposé la douane, la police, les eaux-et-forêts et la gendarmerie", a-t-il précisé, en présence d'élus locaux du département de Nioro et du chef de la brigade mobile des douanes de Guinguinéo, le sous-lieutenant Momath Niass.

Selon Maguette Ndiaye, ce poste de contrôle devrait se traduire par un gain de temps devant se soumettre à des formalités administratives lors de la traversée de la frontière.

En rapport avec le maire de la commune de Médina Sabakh, une assiette foncière avait été identifiée pour servir de site à ce poste de contrôle juxtaposé, a indiqué Maguette Ndiaye.

"L'Etat du Sénégal porte un regard particulier sur la frontière notamment sur les activités illicites qui se font. L'Etat, à travers sa politique de sécurité, a comme principal objectif aujourd'hui de mettre hors d'état de nuire ces trafiquants", a fait valoir l'adjoint au préfet de Nioro.

Il a magnifié la coopération entre les forces de défense et de sécurité de la Gambie et du Sénégal.

"Au mois d'octobre dernier, a rappelé l'adjoint au préfet de Nioro, nous avions inauguré la case de citoyenneté construite par la Commission nationale de gestion des frontières qui permet de prendre en charge les préoccupations" des populations sénégalaises et gambiennes situées de part et d'autre de la frontière.

Il a par ailleurs plaidé pour plus de moyens logistiques au profit des unités douanières mobiles, qui "doivent avoir un scanner mobile qui leur permettrait de faire le travail plus efficacement".

"La drogue, c'est un fléau mondial, et de plus en plus ça, s'accentue notamment dans ces bureaux frontaliers en raison de porosité de nos frontières. Aucun pays ne peut combattre ce phénomène isolément", a pour sa part indiqué le chef du bureau des douanes de Keur-Ayip, le lieutenant-colonel Papa Faye.

D'où la nécessité selon lui d'une "harmonisation des politiques au niveau de la sous-région et au niveau international".

Le chef du bureau des douanes de Keur-Ayip est ensuite revenu sur la saisie, par ses sévices, de 1.400 kg de cannabis d'une valeur estimée à 168 millions de francs CFA, dans la nuit de lundi à mardi.

La brigade commerciale des douanes de Keur-Ayip, qui relève de la subdivision de Kaolack, a de même "saisi récemment 500 kg de chanvre indien sur un camion avec le même subterfuge", a-t-il souligné.

A ces saisies viennent s'ajouter les 240 kg de la même drogue que convoyait une charrette interceptée par la brigade mobile des douanes de Guinguinéo, également dans la nuit de lundi à mardi.

"Un peu plus tôt, les agents de cette brigade mettaient la main sur 2.276 billets de 100 € et 89 billets de 200 €, l'expertise de la BCEAO (Banque centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest) a confirmé qu'il s'agit de faux billets de banque", a poursuivi le lieutenant-colonel Faye.

Cette dernière saisie a été opérée au barrage douanier de Ngathie Naoudé, "dans un bus de transport en commun venant de Diaobé et en partance sur Dakar", a-t-il précisé.

"Le poids total de l'ensemble des saisies opérées ce mois par les deux unités qui dépendent de la subdivision des douanes de Kaolack (Guinguinéo et Nioro), est estimé à deux tonnes 140 kg de chanvre indien pour une valeur totale de 227 millions 200 mille" francs CFA, selon le lieutenant-colonel Papa Faye.

En un mois, "245 mille euros pour une contrevaleur en francs CFA de 160 millions 972 mille 548 francs CFA ont été également saisis par la subdivision des Douanes de Kaolack", a fait savoir le douanier.

A La Une: Sénégal

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X