Mali: Une centaine de victimes «d'esclavage» chassées de leur village arrivent à Bamako

Des réfugiés maliens

Une centaine de personnes dont 18 femmes et 53 enfants ont trouvé refuge ce mercredi à Bamako. Installés à la cité des enfants, elles ont fui leur village de la région de Kayes sous la pression des autorités coutumières après avoir refusé leur statut « d'esclave » dicté par la tradition.

Assise sur un matelas posé à même le sol Sira Diallo a quitté pour la première fois son village de Biramabougou dit-elle sans possibilité de retour : « Ils nous ont chassé ! Ils nous ont dit que nous étions leurs esclaves, puis de respecter les us et coutumes. Nous avons refusé. »

Castes

Dans cette localité comme dans bon nombre de village de la région de Kayes et du Mali, la société est divisée en castes avec en bout de chaîne les personnes désignées comme « esclaves ». Ces derniers, tout en étant libre de leurs mouvements, refusent cette appellation et toutes les petites tâches qui leurs incombent.

Mady Sidibé s'en fait le porte-voix : « Nous sommes organisés de telle façon, que nous avons une association qui s'appelle Gambana. Gambana a pour objectif de montrer que tous les hommes sont égaux. »

Créé en 2017 sous le nom du Rassemblement malien pour la fraternité et le progrès ce mouvement lutte contre les séquelles de l'esclavage. Pour d'autres cette volonté d'émancipation est perçue comme une révolte contre les coutumes.

« On les prive de tout »

« Les gens sont ligotés, les gens sont tabassés. On les prive de tout, de leurs champs de culture, on les prive d'aller au commerce, on les prive de fréquenter les mosquées, c'est vraiment beaucoup de violations, beaucoup d'abus et beaucoup de privation », explique Aguibou Bouaré, le président du Conseil national des droits de l'homme.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X