Madagascar: Tournée - Rajoelina en croisade contre la faim dans le Sud

Le chantier du centre de riposte contre la malnutrition lancée

Chaque déplacement dans le Sud du pays est une occasion pour Andry Rajoelina de mettre l'accent sur la lutte contre la malnutrition. Durant les trois derniers jours, il a fait le point, sur terrain, des projets en cours.

Faire d'une pierre deux coups. Andry Rajoelina, président de la République, a bouclé son road-show de la semaine dernière, par un déplacement dans le Sud. Affirmer qu'il mène de front la riposte contre le coronavirus et la concrétisation de ses Velirano, est le leitmotiv de la tournée présidentielle. Une manière de montrer également que l'État ne reste pas les bras croisés face au « désastre humanitaire » annoncé par l'ONU.

Dans le Sud du pays, toutefois, l'accent a été une nouvelle fois mis sur la lutte contre le kere. Le chef de l'État rappelle que la lutte contre l'insuffisance alimentaire dans le Sud est un de ses principaux engagements. « C'est la raison pour laquelle je reviens fréquemment dans cette partie du pays », explique-t-il.

Durant quatre jours donc, Andry Rajoelina, a effectué un suivi-évaluation des projets déployés pour lutter contre le kere. Après l'inauguration du Centre de traitement de la Covid-19 (CTC-19), à Taolagnaro, il a enclenché un marathon pour voir de visu la concrétisation de la stratégie étatique pour « mettre fin à l'insuffisance alimentaire dans le Sud ». Le premier site visité par le chef de l'État a été le Centre de réhabilitation nutritionnelle et médicale (CRNM), dans district d'Amboasary Atsimo. Le CRNM, qui sera opérationnel d'ici la fin de l'année, sera au front de la riposte à moyen terme contre le kere. Outre Amboasary Atsimo, quatre autres districts touchés de plein fouet par l'insuffisance alimentaire en seront dotés.

« Étant donnée l'ampleur des conséquences de la malnutrition, les CSB [Centre de santé de base] ne suffisent plus pour prendre en charge les victimes », indique le Président.

Agriculture

Durant sa visite du chantier du CRNM, le président Rajoelina ajoute, «nous menons une guerre contre le kere. Aussi, il faut une stratégie, mais aussi un dispositif adéquat ». Alors que l'État est toujours sur le front de la deuxième vague de la propagation du coronavirus, le locataire d'Iavoloha souligne qu'il ne perd pas de vue la croisade contre la crise alimentaire que vivent les habitants du deep South. « (... ) nous apportons une solution durable pour mettre un terme au kere », soutient le président de la République, avant de réaffirmer que « quoi qu'il en coûte, nous allons concrétiser la construction d'un pipeline qui part de Taolagnaro, passera par Amboasary Atsimo, jusqu'à Ambovombe ». Une infrastructure qui est annoncée comme une des solutions durables à la sécheresse, principale cause du kere.

Au regard des sites visités par Andry Rajoelina durant le week-end, l'État mise sur l'agriculture pour en finir avec l'insuffisance alimentaire. Un exemple mis en avant, samedi est le site agro-écologique sis à Sampona, toujours dans le district d'Amboasary.

Le projet table sur la culture d'aliments, à la fois nutritifs et adaptés au climat local. Du manioc, de la patate douce, ou encore, des légumes secs font partie des denrées cultivées sur le site. Le chef de l'État a pu voir par lui-même la qualité et la quantité de la production.

Sur sa lancée, le chef de l'État a procédé à la distribution de titres verts dans la commune d'Ifotaka, à Amboasary Atsimo. Les techniques d'agriculture développées à Sampona devront y être privilégiées, en parallèle avec l'élevage. Samedi toujours, Andry Rajoelina a fait une escapade à Beraketa, dans le district d'Androy.

Il y a visité un site de 180 hectares particulièrement fertile, irrigué grâce à un barrage nouvellement réhabilité. « La lutte contre la malnutrition passe par l'amélioration de la qualité et la quantité de la production », souligne le président de la République à Beraketa. En marge d'un événement, à Taolagnaro, hier, il ajoute que le but des actions de lutte contre le kere est d'amener à l'indépendance alimentaire des habitants.

« En attendant les résultats des solutions déployées, nous ne pouvons pas rester les bras croisés. Nous devons poursuivre l'envoi des aides d'urgence », concède, néanmoins, le chef de l'État. À Taolagnaro, hier, il a donné le top départ à une nouvelle caravane du Sud. Un convoi de camions avec à leur bord des vivres tels que du riz, de l'huile alimentaire, des légumineuses, ainsi que des citernes d'eau. Cet événement a été le dernier acte qui a conclu le séjour présidentiel dans le Sud, mais aussi sa tournée de la semaine dernière.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X