Madagascar: Commerce des tortues - La CITES note des efforts positifs

Le Comité permanent de la CITES « note des travaux et développement positifs à Madagascar concernant les efforts et les opportunités de combattre le commerce illégal des tortues terrestres et d'eau douce » devait signaler la présidente de cet organe vendredi 7 mai dernier. C'était lors de la 73 ème session du Comité en ligne, du 5 au 7 mai 2021, et cela après la présentation du rapport de Madagascar durant trois minutes par la ministre de l'Environnement et du développement durable, Baomiavotse Vahinala Rahanirina et ainsi que les recommandations du Secrétariat de la CITES.

La CITES étant la Convention sur le commerce international des espèces de faune et flore sauvage menacées d'extinction et le Comité permanent est en quelque sorte l'organe chargé de donner des orientations sur l'application de la Convention. Dans son rapport, la locataire d'Antsahavola devait citer la campagne « tolérance zéro » prôné depuis le début 2020 en matière de lutte contre le commerce des espèces menacées d'extinction, en évoquant les efforts menés, comme la mise en place de l'Unité de lutte contre la Corruption (ULC) dans son ministère.

Elle a mis en exergue le renforcement des sensibilisations et patrouilles villageois, sans ne pas oublier la formation auprès des Officiers de Police Judiciaire et acteurs de la justice sur les textes régissant l'exploitation illicite. La collaboration avec nos partenaires au niveau national et international sont également renforcés.

« De 2019 jusqu'en 2021, avec nos partenaires, dixit Mme la ministre nous avons saisi 26.489 tortues (... ) et déféré 29 criminels ». Et elle de constater un besoin crucial d'actualiser le matériel d'indentification des espèces de tortues, en informant un projet de compilation, de suivi et d'évaluation des dossiers judiciaires des cas de trafics depuis 2009.

Lors des questions des parties membres, trois interventions seulement, Baomiavotse Raharinirina de promettre de présenter des informations supplémentaires, tout en rectifiant l'affirmation d'une réaction affirmant que le commerce des tortues endémiques est encore autorisé. « Nous sommes disposés à donner des détails sur les efforts nécessaires depuis notamment sur les poursuites judiciaires. Toutefois je rejette le fait que le commerce est encore autorise. Au contraire, puisque le gouvernement malgache s'attaque surtout depuis 2020 aux commerces des espèces endémiques ».

À noter que Madagascar abrite aujourdh'ui neuf espèces de tortue terrestre et d'eau douce dont cinq sont endémiques .

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X