Afrique: L'UE et la FAO appellent à transformer les systèmes agroalimentaires

communiqué de presse

Les dirigeants renforceront leur partenariat lors du dialogue stratégique de 2021

COMMUNIQUE DE PRESSE CONJOINT UE-FAO

Bruxelles/Rome, le 6 mai 2021 - L'Union européenne (UE) et l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) sont convenues d'intensifier leurs efforts conjoints pour transformer les systèmes agroalimentaires afin de les rendre plus inclusifs, efficaces, résilients et durables.

Le Directeur général de la FAO, M. Qu Dongyu, et les Commissaires de l'UE aux partenariats internationaux, Mme Jutta Urpilainen, à la santé et à la sécurité alimentaire, Mme Stella Kyriakides, et à l'agriculture, M. Janusz Wojciechowski, se sont entretenus à l'occasion du lancement du dialogue stratégique de 2021 entre l'UE et la FAO.

Le Directeur général et les Commissaires de l'UE ont également échangé sur les difficultés mondiales liées à la lutte contre la faim et toutes les formes de malnutrition, la nécessité de préserver la biodiversité et les ressources naturelles, ainsi que sur l'importance de la sécurité sanitaire des aliments et de l'approche «Une seule santé» pour la prévention des pandémies.

«Dans le contexte de la pandémie de covid-19, de plus en plus de personnes sont exposées à une insécurité alimentaire grandissante», a déclaré la Commissaire aux partenariats internationaux, Mme Jutta Urpilainen. «Il s'agit là d'un problème complexe et nous continuerons de nous attaquer à ses causes profondes à l'échelle mondiale. Notre partenariat de longue date avec la FAO est essentiel pour nous aider à relever les défis mondiaux. Je me félicite de la poursuite de notre coopération étroite dans les domaines de l'agriculture, de la pêche, des forêts, de la biodiversité, de la sécurité alimentaire, des crises alimentaires et de la sécurité sanitaire des aliments.»

«Nous sommes toujours déterminés à vaincre la faim et la pauvreté, et à réaliser le Programme de développement durable à l'horizon 2030», a souligné le Directeur général de la FAO, M. Qu Dongyu. «Ce dialogue stratégique nous permet d'ouvrir un nouveau chapitre dans nos relations, marqué par l'urgence d'agir de manière coordonnée pour soutenir la transformation indispensable des systèmes agroalimentaires».

«La stratégie "De la ferme à la table", qui est au cœur du pacte vert, définit une vision stratégique visant à transformer la manière dont nous produisons, distribuons et consommons les aliments», a déclaré la Commissaire à la santé et à la sécurité alimentaire, Mme Stella Kyriakides. «Nous devons agir rapidement à l'échelle mondiale pour rendre nos systèmes alimentaires durables. La FAO jouera un rôle de premier plan dans les travaux internationaux visant à atteindre les objectifs de développement durable des Nations Unies.

Nos priorités communes sont notamment la lutte contre la résistance aux antimicrobiens, la promotion de systèmes agricoles respectueux de l'environnement et la prévention des pertes et gaspillages de nourriture.»

«Je suis convaincu que l'UE et la FAO ont pour priorité de promouvoir la durabilité, l'action climatique et le bien-être des animaux au niveau mondial», a affirmé le Commissaire à l'agriculture, M. Janusz Wojciechowski. «La crise sans précédent que nous traversons aujourd'hui n'a fait que rappeler combien il importait de travailler ensemble. Comme prévu dans la stratégie "De la ferme à la table", la Commission s'efforce de faciliter la transition vers des systèmes alimentaires durables. Dans le cadre de la nouvelle politique agricole commune, par exemple, les agriculteurs européens recevront une aide tout au long de cette transition. Cependant, nous ne pouvons pas y arriver seuls. La transformation des systèmes agroalimentaires doit se faire à l'échelle mondiale. Je me réjouis à l'idée de travailler ensemble sur cette question si importante.»

Les participants se sont félicités des mesures audacieuses prises par l'UE dans le cadre de son pacte vert et, surtout, dans le cadre de sa stratégie «De la ferme à la table» pour rendre les systèmes alimentaires durables, en maintenant cette transformation essentielle au cœur de ses politiques fondamentales.

Les participants ont également reconnu que le nouveau Cadre stratégique 2022-2031 de la FAO indiquait clairement la voie à suivre pour transformer durablement les systèmes agroalimentaires en les rendant plus efficaces, inclusifs, résilients et durables afin d'améliorer la production, la nutrition, l'environnement et les conditions de vie, sans laisser personne de côté.

Les participants ont dit attendre avec intérêt le Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires qui se tiendrait à New York en septembre et le pré-sommet qui se tiendrait à Rome en juillet, avec pour objectif de changer en profondeur la manière dont le monde produit et manipule les aliments.

Adopter une approche globale

Alors que la situation alimentaire se détériore dans le monde, un nombre record de personnes souffrent gravement de la faim et ont besoin d'une aide humanitaire.

Les participants sont convenus qu'il fallait déployer plus d'efforts pour renforcer la durabilité et la résilience des systèmes agroalimentaires dans les contextes fragiles ainsi que pour réduire les conflits dans le monde et assurer la protection sociale des populations vulnérables.

Dans bien des cas, les causes de l'insécurité alimentaire sont géopolitiques et seuls le multilatéralisme et la coopération internationale peuvent y remédier.

Dialogue stratégique entre l'UE et la FAO

Le dialogue stratégique de 2021 cible cinq domaines prioritaires: les systèmes alimentaires et l'approche «Une seule santé»; le changement climatique, la biodiversité et les ressources naturelles; les crises alimentaires, la sécurité alimentaire et les moyens d'existence résilients; les politiques et investissements liés aux chaînes de valeurs agroalimentaires durables, et la transformation des systèmes alimentaires grâce au développement du numérique.

L'UE et la FAO travaillent en étroite coopération dans les domaines de l'agriculture, de la pêche, des forêts, de la biodiversité, de la sécurité alimentaire, des crises alimentaires et de la sécurité sanitaire des aliments. Ces trois dernières années, elles ont signé des accords de coopération à hauteur d'environ 540 millions d'EUR (650 millions d'USD), dont une grande partie portait sur la coopération internationale et l'intervention face aux crises alimentaires; l'UE et ses États membres fournissent plus de 30 pour cent des ressources volontaires de la FAO.

Cette année marque le trentième anniversaire de l'adhésion de l'UE à la FAO.

Plus de: FAO

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X