Sud-Soudan: Le président Salva Kiir dissout le Parlement

Le président sud-soudanais, Salva Kiir, a officiellement dissous par décret le Parlement du pays conformément à l'accord de paix signé en 2018, a annoncé samedi 8 mai au soir la télévision d'Etat.

Cette dissolution concerne les deux chambres (l'Assemblée législative nationale de transition et le Conseil des États). Elle était attendue depuis l'accord de paix signé en septembre 2018 entre Salva kiir et son rival Riek Machar, qui a mis fin au sanglant conflit qui a ravagé le pays pendant cinq ans.

L'accord de paix aurait dû entrer en vigueur il y a plus d'un an, en février 2020, en même temps que la formation du gouvernement d'union nationale. Notons que l'installation d'un nouveau Parlement élargi figurait parmi les mesures clés de l'accord de paix.

Cet accord prévoyait en effet une reconstitution complète du système bicaméral sud-soudanais, avec des députés non-élus, mais nommés. Ainsi, l'Assemblée doit passer de 400 à 550 législateurs, avec respectivement 332 nommés par Salva Kiir, 128 par Riek Machar et 90 par les autres parties signataires, tandis que le Conseil des Etats, l'équivalent du Sénat, verra doubler le nombre de ses membres (50 à 100).

Si l'application de ce point crucial de l'accord de 2018 est saluée par les différentes parties, les observateurs espèrent surtout que cela donnera le ton à la mise en œuvre des autres grandes lignes, comme l'élaboration d'une Constitution définitive ou la formation d'une armée nationale, composée des forces des camps autrefois ennemis.

Ces derniers mois l'opposition n'avait cessé de réclamer la mise sur pied de ces nouvelles assemblées dont l'absence a entrainé des dysfonctionnements. Le budget de l'exercice 2020-2021 par exemple n'a pas pu être voté, plusieurs lois n'ont pas pu être promulguées. Certains ministres, comme la ministre de la Défense, ont également refusé de répondre à des convocations devant l'ancienne assemblée, la jugeant illégitime.

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X