Afrique: Covid-19 - L'apparition du variant indien dans le pays inquiète l'Afrique du Sud

Quatre cas du variant indien du Covid-19 ont été détectés, ce week-end, en Afrique du Sud. Ce pays a été durement touché par l'épidémie avec 1,6 million personnes contaminées en un an et 55 000 morts. Les autorités appellent à ne pas céder à la panique mais la population s'inquiète.

La découverte de ce nouveau variant indien inquiète car elle coïncide avec le début de la saison hivernale dans le pays et avec une recrudescence du nombre de cas, ces derniers jours, notamment autour de Johannesburg et Pretoria, ce qui laisse craindre une troisième vague.

Selon le ministre de la Santé sud-africain, deux nouveaux variants ont été détectés, ces derniers jours : onze cas du variant britannique qui ne semblent pas trop préoccuper les autorités et quatre cas de ce variant indien détectés chez des personnes récemment arrivées d'Inde, ce qui inquiète davantage car il y a peu de données sur ce variant.

Est-il plus contagieux ? Provoque-t-il une forme plus grave de la maladie ? D'autant plus qu'une importante communauté indienne vit en Afrique du Sud et qu'il y a, par conséquent, beaucoup de contacts entre les deux pays. Pour l'instant, la frontière entre les deux États est ouverte mais de nouvelles restrictions de voyage devraient bientôt être annoncées, selon le ministre sud-africain de la Santé.

Efficacité du vaccin face au nouveau variant

Ce nouveau variant pose la question de la vaccination et de son efficacité face à cette mutation du virus. Début février, l'Afrique du Sud a dû suspendre sa campagne de vaccination qui venait tout juste de démarrer, après qu'une étude ait révélé que le vaccin AstraZeneca alors utilisé par Pretoria était peu efficace contre le variant sud-africain. L'Afrique du sud avait dû revendre tous ses vaccins.

Aujourd'hui, le pays a repris sa campagne de vaccination avec deux autres vaccins et la question se pose à nouveau. Sont-ils efficaces contre ce variant indien ? Pour l'instant, pas de réponse.

Pour le professeur Shabir Madhi, virologue sud-africain, les mutations vont toujours être un problème : « Plus on tarde à vacciner, plus le virus circule et donc a de chances de muter », précise-t-il avant d'ajouter qu'il faut « vacciner le plus rapidement possible ».

L'Afrique du Sud est en retard dans sa vaccination. Seules 300 000 personnes sont aujourd'hui vaccinées, ce qui représente 0,5 % de la population.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X