Congo-Kinshasa: Dossier du « Barrage de la Renaissance Ethiopienne » - Fatshi en croisade au Soudan et en Egypte

Le Président de la République Démocratique du Congo et président en exercice de l'Union Africaine, Félix Antoine Tshisekedi, était le week-end dernier au Soudan et en Egypte, dans le cadre de sa mission de rapprochement entre les autorités de ces deux pays voisins du Bassin du Nil, en vue de les amener à un règlement pacifique du conflit relatif au « Barrage de la Renaissance », construit par l'Ethiopie sur le Nil Bleu, principal affluent du fleuve Nil. A Khartoum, et au Caire, il a rencontré des voix très attentive à son credo consistant à trouver des « solutions africains aux problèmes africains ».

Comme preuve de l'estime que lui vouent ses pairs africains, Félix Antoine Tshisekedi était accueilli, le samedi 08 mai dans la matinée à l'aéroport de Khartoum par le président du Conseil de Transition au Soudan, Abdelrahme Al-Burhan. Le même samedi dans l'après-midi, le président égyptien, Abdel Fattah Al Sisi, qui n'a pas l'habitude de se déplacer vers l'aéroport du Caire pour l'accueil de ses hôtes de marque, lui a fait le même honneur.

A Khartoum comme au Caire, Félix Antoine Tshisekedi a eu des entretiens en tête-à-tête avec ses homologues, qui se sont réjouis de son initiative visant la recherche d'une solution négociée pour la question du « Barrage de la Renaissance ».

Après avoir partagé les mêmes vues avec le président soudanais d'abord et égyptiens ensuite, il a, a Khartoum comme au Caire, élargi les discussions avec les ministres sectoriels proches du dossier, notamment ceux des Affaires Etrangères, Irrigation et Ressources en Eau au Soudan, et ceux des Affaires Etrangères, Eaux et Environnement au Caire. Le Chef de l'Etat congolais a convaincu les uns et les autres que le « Barrage de la Renaissance Ethiopienne » ne devrait pas constituer une source de malheurs pour leurs peuples mais plutôt un modèle de développement, lequel s'inscrit dans la droite ligne d'un projet intégrateur de leurs économiques, conformément à la ZLECAF (Zone de Libre Echange Continental Africaine).

On signale que Félix Antoine Tshisekedi s'est fait accompagner, dans cette mini-tournée africaine, du vice-premier ministre et ministre des Affaires Etrangères, Christophe Lutundula Apala, du Coordonnateur du Panel d'Accompagnement de la présidence de l'Union Africaine, Alphonse Ntumba Luaba, et de son Conseiller principal au Collège diplomatique, Christian Bushiri.

Rappelons aussi que la mission de facilitation du Président congolais avait commencé à Kinshasa, au début du mois d'avril de l'année en cours. Jusque-là, aucune déclaration finale n'a sanctionné les différents rounds des négociations. Optimiste Félix Antoine Tshisekedi pense amenait les trois parties à la rédaction et à la signature d'un document juridique appelé à valider leur consensus sur le « Barrage de la Renaissance Ethiopienne ».

Le Chef de l'Etat depuis hier en Zambie

Alors qu'il était annoncé hier dimanche à Addis-Abeba, en Ethiopie, le Président Félix Antoine Tshisekedi, s'est plutôt envolé de l'aéroport du Caire pour celui de Livingstone, en Zambie.

Mise entre parenthèses, l'étape éthiopienne sera abordée ce lundi dans l'après-midi, après qu'il aura assisté à l'inauguration du pont-Kazungula, à 70 km d ela ville de Livingston, à l'invitation de son homologue zambien Edgard Chagwa Lungu, à la frontière entre la Zambie et le Botswana. Il a été accueilli à sa descente d'avion par le ministre zambien des Affaires Etrangères, Malandji, et l'ambassadrice de la RDC en Zambie, Chantal Maloba Nkondji.

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X