Congo-Kinshasa: Commissariat provincial de la police ville de Kinshasa - Clôture de la formation des directeurs d'enquêtes

Les 26 enquêteurs du Commissariat provincial de la police ville de Kinshasa, qui viennent de suivre pendant deux semaines, la formation de formateurs des directeurs d'investigations, organisée par la composante de la Police de la Monusco, ont reçu le vendredi 6 mai 2021, des attestations signées de la main du général Mody Berethe, chef de la police de la Monusco.

Du 19 avril au 6 mai, cette session s'est focalisée sur quelques modules sur la réalisation des enquêtes policières. Ces investigations étaient orientées sur les cas d'enlèvements des personnes avec demande de rançons, des cas de la cybercriminalité dans les réseaux sociaux, et les communications téléphoniques. Les trois formateurs de la police de la Monusco ont aussi appris aux agents des services d'enquêtes de la police provinciale, les techniques d'investigations sur les affaires de détournements, de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme.

Pour la partie théorique, les policiers congolais ont été initiés aux nouvelles méthodes d'investigations utilisant les nouvelles technologies de l'information et de la communication, notamment les matériels tels que les ordinateurs et les téléphones portables.

S'agissant de la partie pratique, quelques scénariis des cas d'enlèvement qui par ces temps qui courent, sont légion dans la ville de Kinshasa, ont été portés à la connaissance des apprenants. Les formateurs ont exploré également les détournements opérés dans un ministère, sous la coupole d'un ministre qui a créé plusieurs sociétés fictives pour cacher les fonds publics détournés.

Vendredi dernier, à la clôture de cette session de formation, des enquêteurs du Groupe de lutte contre la criminalité et stupéfiants, reconnes les plus brillantes dans leur groupe, ont donné de la voix, reconnaissant l'importance de ce genre de formation de renforcement des capacités.

Le commissaire Bosange Jules s'est réjoui de cette formation qui a apporté un plus à ses connaissances. «Les anciennes méthodes qui nous empêchaient de progresser dans les investigations», ont été abandonnées au profit de nouvelles techniques d'investigations. Désormais, nous savons comment utiliser toutes les données pour arriver vite aux résultats positifs», a-t-il déclaré.

Le commissaire principal Flory Matoko retient de nombreuses leçons apprises. Grâce à ces enseignements, ils peuvent améliorer les méthodes d'enquête pour réunir le plus de preuves possibles. Ce qui leur permet de disposer de suffisamment d'arguments pour mieux orienter leurs interrogatoires.

Le commissaire principal Matthieu Owandjo s'est félicité d'avoir acquis une nouvelle base composée de principaux matériaux pour mener à bien ses investigations. On ne peut rien négliger, a-t-il fait savoir, car toute pièce à convection compte. Tout élément ou tout indice a son importance pour aboutir à asseoir une version des faits et acculer le prévenu.

Pour sa part, le commissaire principal Mpia a compris pourquoi il est déconseillé d'être pressé quand on mène des enquêtes policières. Les limiers agissant dans la précipitation, ratent souvent de nombreux éléments. Ainsi, ils ne savent pas réunir suffisamment de preuves. Cela impacte sur les résultats de l'enquête qui est bâclée.

Le Groupe de lutte contre la criminalité et stupéfiants qui a aligné ses meilleurs enquêteurs, peut se féliciter d'avoir fait le choix judicieux de les envoyer à la session organisée par la composante de la police de la Monusco. Ils étaient d'ailleurs les plus brillants récipiendaires qui ont forcé l'admiration des formateurs, étant donné qu'ils donnaient de bonnes réponses résultant de leurs expériences professionnelles.

A La Une: Congo-Kinshasa

Plus de: Le Phare

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X