Congo-Brazzaville: Développement - La BAD disposée à accompagner le Congo

Le président de la Banque africaine de développement (BAD), Akinwumi Adesina, a, cours d'une conférence de presse animée le 9 mai à Oyo, assuré du soutien de son institution à la République du Congo pour les cinq prochaines années.

Le président de la BAD qui a visité quelques réalisations agro-pastorales du président congolais, dans la périphérie d'Édou, dont le Ranch Killa d'Oyo, a profité de son séjour pour féliciter Denis Sassou N'Guesso pour sa réélection à la tête du Congo. Selon lui, cette réélection à plus de 88% de suffrages exprimés démontre la confiance que les Congolais placent en lui.

« La BAD est un partenaire stratégique pour le Congo. Notre coopération a commencé depuis 50 ans. La BAD a déjà investi plus de 1000 milliards de dollars américains au Congo. A l'heure actuelle, nous avons un portefeuille très significatif d'environ 645 millions de dollars dans différents domaines : infrastructures, énergie, agriculture, transports et la gouvernance », a expliqué Akinwumi Adesina.

Denis Sassou N'Guesso et son hôte ont également évoqué la situation économique du Congo. « J'ai été vraiment ravi de la passion du président de la République de diversifier l'économie congolaise, c'est fondamental. Il m'a expliqué l'importance de diversifier l'économie à travers l'agriculture et je le soutiens fortement parce que c'est l'agriculture qui doit relancer l'économie de façon à créer des emplois et la richesse dans le milieu rural. Nourrir l'Afrique, c'est une des priorités pour la BAD. J'ai assuré le président de l'accompagnement fort de la BAD derrière cette initiative », a-t-il poursuivi, annonçant l'arrivée d'une mission de la BAD au Congo.

Le président de la BAD au Congo a insisté sur l'importance de moderniser l'agriculture, d'augmenter la productivité et d'inciter les jeunes dans les activités agricoles. « Le président est clair à travers son projet : Ensemble, poursuivons la marche vers le développement. Pour que cette marche soit inclusive, il faut augmenter le revenu des gens qui sont dans les milieux ruraux », a-t-il conseillé.

Les deux personnalités ont aussi abordé la question des infrastructures sous régionales. C'est ainsi que le président de la BAD a félicité le chef de l'Etat congolais pour sa réélection en qualité de président en exercice de la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC) à un moment où des réformes sont attendues. « Une chose est importante dans cette zone, c'est l'intégration sous régionale. On ne peut rien faire s'il n'y a pas l'épine dorsale des infrastructures », a-t-il soutenu.

A titre d'exemple, il a cité le pont route-rail entre Brazzaville et Kinshasa ; le corridor 13 reliant le Congo, la Centrafrique et le Tchad et la connexion du Congo au Gabon par la route Ndendé-Dolisie. Les problèmes d'énergie et de la dette extérieure du Congo ont été également évoqués au cours du séjour du président de la BAD à Oyo. D'après lui, le Congo traverse une période assez difficile à cause de l'effondrement des prix du baril du pétrole. Une situation devenue très difficile depuis la survenue de la crise sanitaire due à la pandémie de coronavirus.

« J'aimerai remercier et féliciter le président pour son leadership dans la gestion de cette crise sanitaire. Je veux quand même encourager le président, le gouvernement et la population congolaise à se faire vacciner car la solution à la Covid-19 viendrait du vaccin. La vaccination permettra de relancer l'économie très vite », a invité Akinwumi Adesina.

D'après lui, la BAD n'a pas croisé les bras face à la Covid-19. L'institution a soutenu la Communauté économique et monétaire de l'Afrique centrale (Cémac) grâce à une enveloppe de 13 millions de dollars américains. Le Congo a également bénéficié de ce financement pour gérer les risques liés à la Covid-19. Pour permettre au Congo de pouvoir réagir à cette pandémie, la BAD a restructuré ses projets à hauteur de 2 milliards FCFA.

« Le président m'a montré une usine de fabrication de produits pharmaceutiques. Je pense que le moment est venu pour l'Afrique de s'engager dans la production pharmaceutique. C'est la raison pour laquelle la BAD a décidé d'aider les pays africains à accélérer la production des produits pharmaceutiques parce qu'on ne peut pas toujours dépendre de l'extérieur », a conclu le président de la BAD.

A La Une: Congo-Brazzaville

Plus de: Les Dépêches de Brazzaville

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X