Angola: Camaiangala rouvre avec une récolte de plus de 300 tonnes de maïs

Luena — Plus de 340 tonnes de maïs sur les 1200 souhaitées ont été récoltées dans la ferme agro-industrielle de Camaiangala, située dans la municipalité de Camanongue, province de Moxico, quatre ans après son arrêt.

La reprise de la production est intervenue après la privatisation en mai 2019, suite à un concours public promu par le gouvernement et remporté par le groupe FF. Dans cet appel d'offre, l'État encaisser 10 millions de dollars contre les 55 millions qu'il avait investis dans la construction de l'entreprise.

S'adressant à la presse, le président du groupe FF, Fernando Ferreira, a regretté de ne pas avoir atteint les 1200 tonnes de maïs attendues, en raison de la sécheresse qui a dévasté le pays.

Malgré un bilan «pas très satisfaisant», il a assuré que le groupe était enthousiasmé, et, lors de la prochaine campagne, qui démarre en septembre, il prévoit de se jeter dans un pivot et dans un système irrigué de 200 à 300 hectares pour cultiver le maïs et éviter d'éventuelles situations.

En plus du maïs, la ferme a produit 400 tonnes de soja, en phase expérimentale, stockées dans des silos et le reste est utilisé pour produire des aliments pour 53 porcs sur la ferme de Camaiangala.

Quant à la production de porcs, Camaiangala prévoit jusqu'à la fin de 2021 de la multiplier et en à avoir 550 animaux et d'abattre plus d'un millier de porcs par mois, après août 2022.

Le groupe FF, qui envisage d'embaucher davantage de travailleurs locaux pour rejoindre les 102 actuels, s'est également engagé à investir dans la culture du blé, de l'avoine et d'autres céréales à transformer en farine.

La ferme de Camaiangala est un projet agricole conçu par l'État angolais, dans le cadre du programme de lutte contre la faim et de réduction de la pauvreté, pour produire du maïs, des haricots, du soja et de la viande.

Sous la gestion de l'État, la ferme était improductive, ce qui a conduit à son arrêt en 2016.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 100 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X