Afrique: Allocution liminaire du Directeur général lors du point presse sur la Covid-19 - 26 avril 2021

À l'échelle mondiale, la pandémie de COVID-19 continue de prendre de l'ampleur. Le nombre de cas a augmenté pour la neuvième semaine consécutive et le nombre de décès pour la sixième semaine consécutive. Le virus continue de circuler avec une forte intensité dans de nombreux pays et la situation en Inde est absolument tragique. L'OMS fait tout ce qui est en son pouvoir.

Samedi marquait le début de la Semaine mondiale de la vaccination. Placée sous le thème « Les vaccins nous rapprochent », la Semaine mondiale de la vaccination montre de quelle façon la vaccination nous permet de renouer les liens avec les personnes, les objectifs et les moments les plus importants à nos yeux et contribue ainsi à améliorer la santé de tout un chacun, partout, tout au long de la vie.

Aujourd'hui, nous lançons un nouveau plan audacieux. Le Programme pour la vaccination à l'horizon 2030 est une stratégie mondiale ambitieuse visant à amplifier l'impact salvateur des vaccins au cours de la prochaine décennie. S'il est pleinement mis en œuvre, le Programme permettrait d'éviter plus de 50 millions de décès dans les 10 années à venir.

La science a toujours été au cœur des travaux de l'OMS. L'année dernière, nous avons décidé de créer un conseil scientifique de l'OMS chargé de fournir des conseils sur les questions scientifiques hautement prioritaires qui pourraient avoir une incidence directe sur la santé mondiale. Le Conseil tiendra sa première réunion demain.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------

Bonjour, bon après-midi ou bonsoir,

À l'échelle mondiale, la pandémie de COVID-19 continue de prendre de l'ampleur. Le nombre de cas a augmenté pour la neuvième semaine consécutive et le nombre de décès pour la sixième semaine consécutive.

À titre de comparaison, il y a eu presque autant de cas dans le monde la semaine dernière qu'au cours des cinq premiers mois de la pandémie.

Il est encourageant de constater que le nombre de cas et de décès baisse légèrement dans plusieurs régions, mais le virus continue de circuler avec une forte intensité dans de nombreux pays et la situation en Inde est absolument tragique.

L'OMS fait tout ce qui est en son pouvoir et fournit du matériel essentiel, y compris des milliers de concentrateurs d'oxygène, des hôpitaux mobiles de campagne préfabriqués et des fournitures de laboratoire.

Comme je l'ai mentionné vendredi, l'OMS a transféré plus de 2 600 membres du personnel pour appuyer les interventions sur le terrain afin de faciliter les activités de surveillance, de donner des conseils techniques et de contribuer aux efforts de vaccination.

L'importance de la vaccination n'a jamais été aussi manifeste.

Samedi marquait le début de la Semaine mondiale de la vaccination, à l'heure où les vaccins sont plus que jamais sur le devant de la scène mondiale.

Placée sous le thème « Les vaccins nous rapprochent », la Semaine mondiale de la vaccination montre de quelle façon la vaccination nous permet de renouer les liens avec les personnes, les objectifs et les moments les plus importants à nos yeux et contribue ainsi à améliorer la santé de tout un chacun, partout, tout au long de la vie.

Les vaccins sont l'une des inventions les plus puissantes et révolutionnaires de l'histoire.

Grâce aux vaccins, la variole fait maintenant partie du passé, la poliomyélite est presque éradiquée et des maladies autrefois redoutées comme la diphtérie, le tétanos et la méningite peuvent désormais être aisément évitées.

Et les nouveaux vaccins continuent de faire progresser la lutte contre la maladie. Ces 15 dernières années, de nouveaux vaccins ont été approuvés pour prévenir le cancer du col de l'utérus, le paludisme et la maladie à virus Ebola.

Aujourd'hui, des vaccins sûrs et efficaces contre la COVID-19 ont été mis au point en un temps record, ce qui nous rapproche de la fin de la pandémie.

Mercredi, la Fondation pour l'OMS lancera une nouvelle campagne mondiale de collecte de fonds appelée Go Give One, afin de donner à chacun la possibilité de contribuer à la vaccination dans le monde.

La campagne Go Give One vise à mobiliser 50 millions de personnes et est ouverte à tous - particuliers et organisations de toutes tailles.

L'argent récolté sera reversé à COVAX et servira à acheter des vaccins pour les pays, à commencer par ceux qui en ont le plus besoin. Plus d'informations à ce sujet seront communiquées cette semaine.

Bien que les vaccins anti-COVID-19 nous donnent l'espoir de voir enfin la lumière au bout du tunnel, la pandémie a fortement perturbé les services de vaccination du monde entier.

Selon de nouvelles données recueillies par l'OMS, 60 campagnes de vaccination sont actuellement suspendues dans 50 pays à cause de la pandémie.

Cela signifie qu'environ 228 millions d'enfants sont en ce moment même vulnérables face à des maladies mortelles évitables par la vaccination comme la rougeole, la fièvre jaune et la poliomyélite.

Les campagnes contre la rougeole sont les plus touchées et représentent 23 des campagnes reportées. Nombre d'entre elles ont plus d'un an de retard.

Outre les campagnes ciblées visant à prévenir les flambées épidémiques et à y riposter, les services de vaccination systématique des enfants restent également perturbés par la pandémie.

La dernière enquête de l'OMS montre qu'au premier trimestre de 2021, les services de vaccination systématique étaient perturbés dans plus d'un tiers des pays.

Bien qu'il s'agisse d'une nette amélioration par rapport à l'an dernier, cette situation demeure très préoccupante.

Les lacunes constatées dans la couverture vaccinale ont déjà de lourdes conséquences.

De graves flambées de rougeole se sont produites dans plusieurs pays, dont la République démocratique du Congo, le Pakistan et le Yémen.

Le risque d'épidémies de rougeole augmente ailleurs, car un nombre croissant d'enfants ne reçoivent pas les vaccins dont ils ont tant besoin.

Nous devons donc rapidement inverser la tendance et nous remettre de ces perturbations.

L'OMS, l'UNICEF, Gavi et d'autres partenaires travaillent avec les pays pour veiller à ce que les services de vaccination soient rétablis rapidement et en toute sécurité.

Mais il ne faut pas oublier que même avant la pandémie de COVID-19, chaque année, près de 20 millions d'enfants ne se voyaient pas administrer des vaccins vitaux.

Nous devons donc non seulement rétablir les services de vaccination, mais aussi faire mieux qu'auparavant.

Aujourd'hui, nous lançons un nouveau plan audacieux à cette fin.

Le Programme pour la vaccination à l'horizon 2030 est une stratégie mondiale ambitieuse visant à amplifier l'impact salvateur des vaccins au cours de la prochaine décennie.

Notre objectif est de préserver les progrès accomplis en matière de vaccination au prix de grands efforts, d'éviter de perdre du terrain et de redoubler d'efforts, en ne laissant personne de côté, dans n'importe quelle situation ou à n'importe quelle étape de la vie.

S'il est pleinement mis en œuvre, le Programme de vaccination 2030 permettrait d'éviter plus de 50 millions de décès au cours de la prochaine décennie - dont 75 % dans des pays à faible revenu ou intermédiaire de la tranche inférieure.

Pour atteindre ces objectifs, nous devons tous nous mobiliser et agir.

Premièrement, nous demandons à tous les dirigeants mondiaux et à la communauté mondiale de la santé et du développement de prendre de nouveaux engagements ambitieux pour promouvoir cette stratégie.

Deuxièmement, nous demandons à tous les pays d'élaborer et d'exécuter des plans nationaux qui s'inscrivent dans la lignée du Programme pour la vaccination à l'horizon 2030, et d'accroître les investissements afin de rendre la vaccination accessible à tous.

Troisièmement, nous demandons aux donateurs et aux pouvoirs publics d'accroître leurs investissements dans la recherche vaccinale et la mise au point et l'administration de vaccins, en tenant compte en priorité des besoins des populations défavorisées.

Quatrièmement, nous demandons à l'industrie des vaccins et aux scientifiques de continuer à accélérer la recherche et le développement, de garantir la continuité de l'approvisionnement en vaccins abordables pour répondre aux besoins mondiaux et d'appliquer les enseignements tirés de la pandémie de COVID-19 à d'autres maladies.

Ensemble, nous pouvons regagner le terrain perdu dans le domaine la vaccination, encourager le relèvement mondial après la COVID-19 et faire en sorte que chacun puisse bénéficier de l'effet salvateur des vaccins.

Le Programme pour la vaccination à l'horizon 2030 a été élaboré par l'OMS, l'UNICEF, Gavi et de nombreux autres partenaires, et c'est maintenant un honneur pour moi de vous présenter mon amie Henrietta Fore, Directrice générale de l'UNICEF. Henrietta, comme toujours, je vous remercie du rôle moteur que vous jouez. Vous avez la parole.

[Mme HENRIETTA FORE S'ADRESSE AUX MÉDIAS]

Merci, Henrietta.

Depuis plus de 20 ans, Gavi joue un rôle essentiel s'agissant de faire bénéficier les communautés les plus vulnérables du monde des bienfaits des vaccins. J'ai maintenant le plaisir d'accueillir le Directeur exécutif de Gavi, mon ami le Dr Seth Berkley.

Seth, comme toujours, je vous remercie chaleureusement de votre collaboration et du rôle moteur que vous jouez. Vous avez la parole.

[LE Dr SETH BERKLEY S'ADRESSE AUX MÉDIAS]

Merci, Seth.

J'aimerais désormais demander à ma collège Mme Kate O'Brien, Directrice du Département Vaccination, vaccins et produits biologiques, de dire quelques mots pour présenter le Programme pour la vaccination à l'horizon 2030. Kate, vous avez la parole.

[Mme KATE O'BRIEN S'ADRESSE AUX MÉDIAS]

Merci, Kate. Et merci encore à Henrietta et à Seth de vous être joints à nous aujourd'hui.

Les vaccins sont une victoire de la science.

La science a toujours été au cœur des travaux de l'OMS. Et elle n'a jamais été aussi essentielle pour relever les défis mondiaux en matière de santé.

Dans le cadre de la transformation de l'OMS, nous avons créé une nouvelle division des sciences il y a deux ans, nommé la première Scientifique-Cheffe de l'OMS et, l'année dernière, nous avons décidé de créer un conseil scientifique de l'OMS chargé de fournir des conseils sur les questions scientifiques hautement prioritaires qui pourraient avoir une incidence directe sur la santé mondiale.

Le Conseil scientifique est désormais constitué : il se compose de neuf scientifiques éminents du monde entier et sera présidé par le professeur Harold Varmus, lauréat du prix Nobel de physiologie ou de médecine en 1989.

Le Conseil tiendra sa première réunion demain ; il décidera quelle seront les premières mesures à prendre et définira le programme de travail.

Christian, vous avez la parole.

Plus de: WHO

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X