Sénégal: Affaire de l'incendie à l'hopital Magatte Lô de Linguère - Le Sames perturbe les soins à Dakar

Pour manifester leur soutien à leurs confrères et camarades accusés de négligence dans l'affaire de l'incendie du service de néonatologie qui a couté la vie à quatre bébés, médecins, prestataires de soins et pharmaciens observent une grève depuis hier, lundi 10 mai. Seules les urgences sont prises en charge.

Service minimum et brassards rouges : c'est la manière adoptée par les professionnels de la santé depuis hier, lundi, pour dire non au verdict du procureur de la République qui a mis sous contrôle judiciaire l'ex-directeur de l'hôpital Magatte Lo de Linguère, suite à l'incendie du 24 avril dernier qui a couté la vie à quatre bébés au service de néonatologie. Face à cette situation, les médecins disent non avec une grève de 48h sur l'étendue du territoire national sur décision du Syndicat autonome des médecins du Sénégal (Sames). Un mot d'ordre qui a été bien suivi par leur pairs qui ont reçu l'appui des autres syndicats et associations de la santé comme les infirmiers, pharmaciens et internes des hôpitaux qui ont adhéré au mot d'ordre.

Du côté de la section de la Pharmacie nationale d'approvisionnement (Pna), le secrétaire général, Dr Waly Coly Diouf a renseigné : « les pharmaciens membres du Sames, section Pna observent une grève de 48h en accord avec le mot d'ordre lancé au niveau national. Toutefois, ils pourront être appelés à gérer durant cette période des urgences ayant trait à la Covid et à la dialyse ou à tout autre urgence ». Toutefois, Dr Coly Diouf a souligné que les activités qui sont suspendues ne sont autres que des réunions de toute forme quelle qu'en soit son importance. Ce sont « les activités de routine, achats, stockage et distribution y compris les réceptions, les rendez-vous clients partenaires, formations en présentiel et en ligne, convocation autorité ou toute autre activité qui n'a pas été citée et qui n'est une urgence vitale » a-t-il renseigné.

L'Association des Internes et Anciens Internes des Hôpitaux du Sénégal (AIAIHS) a souligné pour sa part sur la décision de justice : « nous constatons une précipitation dans la procédure pour la manifestation de la vérité par l'enclenchement d'une action publique du parquet avec l'ouverture d'une information judiciaire visant des soignants exemplaires, souvent abandonnés par un système de santé démissionnaire et statique face à un plateau technique précaire et parfois inexistant ». Et de poursuivre : « nous apportons notre soutien à tout le personnel de l'Hôpital de Linguère et témoignons notre engagement et notre solidarité auprès du Sames pour la défense de la dignité de notre profession et l'amélioration des conditions de travail dans nos hôpitaux »

Pour Aiaihs, les conditions de travail dans les hôpitaux du Sénégal sont déplorables, conséquence d'un faible financement de la Santé laissant les soignants à une lutte quotidienne pour le bien-être physique et moral de leurs patients. En rappelant le code de déontologie médicale qui stipule à son article 4 qu' « en aucun cas, le médecin ne doit exercer sa profession dans des conditions qui puissent compromettre la qualité des soins et des actes médicaux ... . », les internes estiment que l'application rigoureuse de cette disposition exposerait à la fermeture de plusieurs établissements de santé.

EN BREF... EN BREF... EN BREF

LE SAMES VA TENIR UN SIT-IN SILENCIEUX, LE 17 MAI

Le Syndicat autonome des médecins, pharmaciens et chirurgiens-dentistes du Sénégal (SAMES) a annoncé également hier, lundi, qu'il tiendra, le 17 mai prochain, un « sit-in silencieux » de quinze minutes dans toutes les structures de santé. "Le SAMES vous demande de rester vigilants pour les prochains rendez-vous et décrète un sit-in silencieux de quinze minutes dans toutes les structures de santé, le 17 mai 2021", affirme son secrétaire général, le docteur Amadou Yéri Camara, dans une déclaration. Le SAMES a tenu une assemblée générale extraordinaire, à l'hôpital Magatte-Lo, dans la commune de Linguère (nord), lundi. Le SAMES dit se battre pour" la qualité des services et contre les agressions" dont "sont victimes" les agents de santé. Son secrétaire général appelle "tous les camarades à la mobilisation, pour la défense" de leurs intérêts, pour "un système de santé de qualité".

LOUGA : LE SAMES EXIGE UNE "ENQUÊTE IMPARTIALE"

Le Syndicat autonome des médecins du Sénégal (SAMES) a invité, lundi, à Linguère (nord), les autoritésjudiciaires à mener "une enquête impartiale" pour identifier les causes de l'incendie à l'origine de la mort de quatre nouveau-nés au service de néonatologie de l'hôpital Magatte-Lô de Linguère (nord). Le SAMES a lancé cet appel lors d'un point de presse animé par son secrétaire général, Amadou Yéri Camara, qui demande que l'enquête soit confiée à de "véritables experts indépendants". Le tribunal de grande instance (TGI) de Louga (nord) a déclaré mercredi avoir ouvert une information judiciaire pour imprudence et négligence présumées à l'encontre de trois personnes dont le directeur de l'hôpital Magatte-Lô, Abdou Sarr, à la suite de l'incendie survenu le 24 avril. L'enquête concerne, outre M. Sarr, une aide infirmière chargée de la surveillance de la salle de néonatologie et la cheffe du service de pédiatrie de l'hôpital

A La Une: Sénégal

Plus de: Sud Quotidien

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X