Ethiopie: Avec les déplacés du Tigré, naufragés à Mekelle

La situation humanitaire à Mekelle est inquiétante. La capitale de la région du Tigré, dans le nord de l'Éthiopie, où le conflit dure depuis novembre, accueille de plus en plus de réfugiés. La ville compte désormais plus d'une vingtaine de camps installés notamment dans des écoles. Des organisations humanitaires construisent des abris mais en attendant, les autres sites sont saturés.

Une semaine après son ouverture, plus de 5000 déplacés s'entassent déjà dans l'école primaire Mayweli. Ils dorment à l'intérieur des salles de classe, sur des matelas ou sur des bancs, dans une hygiène déplorable. Hadoush vient de Humera, dans l'ouest du Tigré.

« On manque de tout. Les gens ont faim. Hier une femme en train d'accoucher est morte car il n'y avait pas d'ambulance. Ma ville a été attaquée par des miliciens Amharas. Quand j'ai vu des femmes enceintes se faire poignarder, j'ai pris ma famille et j'ai fui sans rien emporter. »

La plupart de ces naufragés arrivent épuisés à Mekelle, après une longue et dangereuse fuite à travers le Tigré. Gerensa Hailu vient de Sheraro, dans l'ouest. Lui a échappé aux soldats érythréens. « Ils sont arrivés et ont tiré dans la foule. Je me suis couché parmi les cadavres et j'ai fait le mort pendant une journée. Mon fils a été tué et je n'ai pas pu l'enterrer. J'ai mis six mois pour arriver, en allant de village en village, en évitant les routes principales. »

Vieillards, hommes, femmes, enfants, ces déplacés viennent de toutes les générations. Kebron n'a que 14 ans. Lui et son frère sont arrivés hier soir, totalement désemparés. « On était sortis pour aller aux toilettes. On a alors entendu des tirs et on a couru. Je ne sais pas où est ma famille. Le téléphone ne passe pas. Des gens du camp sont partis dans mon village. Je leur ai donné un message pour mes parents. Depuis j'attends. »

Aucun déplacé ne veut pour l'instant quitter le camp. Tous répètent que leurs villes et villages sont occupés. Rentrer, c'est nous envoyer à la mort, disent-ils.

Plus de: RFI

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X