Tunisie: Des pesticides dangereux interdits en Europe, toujours importés en Tunisie

Environ 33 pesticides dangereux sont toujours importés par la Tunisie, alors qu'ils sont bannis en Europe, selon un rapport réalisé par l'Association de l'Éducation Environnementale pour les Futures Générations AEEFG, en collaboration avec le Réseau International pour l'Elimination des Polluants (IPEN), rendu public en 2020.

Ce rapport, dont l'agence TAP a obtenu une copie, a décortiqué les conséquences de l'utilisation (et des importations) de pesticides extrêmement dangereux en Tunisie, dont certains sont pourtant interdits dans d'autres pays.

En Tunisie, 33 entreprises sont actives dans le secteur des pesticides, 215 matières actives de pesticides sont enregistrées et distribuées sur le marché national sous 493 marques commerciales. Mais, les quantités réellement importées ne sont pas connues.

Le pays a importé, en 2018, 240,5 tonnes de pesticides à usage agricole bannis ou sévèrement restreints dans l'UE dont 35000 kilogrammes de cyanamide, selon un rapport de PublicEye et Greenpeace sur la liste des pays importateurs des pesticides dangereux de l'UE. Il s'agit d'un engrais azoté utilisé en agriculture mais aussi, comme herbicide ou défoliant (sur la liste tunisienne d'homologation des pesticides, il est cité sous la rubrique divers).

Cet engrais pourrait être irritant et provoque des vomissements lors de son ingestion. Aussi, en 2019, une liste de 19 autres pesticides interdits sur le sol européen, ont fait pourtant, l'objet d'une notification d'exportation à destination des trois pays du Maghreb dont la Tunisie.

Plusieurs pays africains et magrébins, dont la Tunisie continuent d'importer ces pesticides à usage essentiellement, agricole, révèlent aussi, des rapports de l'ONG suisse « PublicEye », Greenpeace-UK et d'autres organisations non gouvernementales internationales, qui qualifient l'exportation de ces pesticides par les pays européens « d'hypocrisie toxique ».

Manque de Transparence !

« La Tunisie à travers le Ministère de l'Agriculture, des Ressources hydrauliques et de la pêche, devrait, à l'instar du Maroc, du Soudan et d'autre pays, publier la liste des pesticides importés. En visitant le site web du Ministère à la date du 10 Mai 2021, j'ai constaté que la liste des pesticides homologués date de 2017, ce qui révèle une défaillance dans l'actualisation des données à l'ère de la digitalisation », déclare à l'Agence TAP, Semia Gharbi, présidente de l'AEEFG, spécialiste en sciences de l'environnement et coordinatrice du Hub regional « IPEN-MENA/ North Africa », qui milite pour un avenir sans toxicité. Et de relever que contrairement aux « pays de l'UE où la liste des matières actives retirées du marché sont affichées avec tous les détails du retrait, nous ne trouvons pas de démarches similaires faites par le Ministère de l'Agriculture »

« Face au manque de rigueur et de transparence concernant les pesticides bannis de l'UE et leur exportation vers les pays en voie de développement dont la Tunisie, le Ministère de l'Agriculture doit agir et même exiger du département de la protection des plantes en charge de l'homologation des pesticides, d'être transparent en publiant sur son site web, la liste actualisée des pesticides ainsi que les sociétés importatrices et la liste des pesticides déjà bannis. Il ne faut pas attendre la mise en œuvre de l'engagement de la Commission européenne, à mettre fin à l'exportation de pesticides dangereux interdits dans l'UE ».

Gharbi dénonce, par ailleurs, une politique de « deux poids deux mesures, entre les pays dits développés et le reste du monde ».

L'importation, un choix souverain !

L'industrie chimique, tous secteurs confondus, est la quatrième industrie dans l'Union européenne (UE). Cette dernière, deuxième producteur mondial dans ce domaine, renvoie la balle aux pays importateurs, elle estime que les règles européennes sur les exportations de pesticides interdits sont déjà « plus strictes qu'exigé ».

D'après PublicEye, une source au sein de la Commission européenne a déclaré qu'une « interdiction des exportations de l'UE n'amènera pas automatiquement, les pays tiers à cesser d'utiliser ces pesticides car ils peuvent en importer d'ailleurs ». Elle estime que » les convaincre de ne pas utiliser de tels pesticides sera plus efficace ». Cela ferait partie des « éfforts de diplomatie verte » prévus par l'UE.

La réglementation européenne assure que les pays importateurs reçoivent « une information solide et fiable sur les risques de ces substances », a notamment déclaré un représentant de l'Allemagne, cité par PublicEye « Ils ont la possibilité de décider d'autoriser ou non, l'importation ».

« Puisque l'importation est un choix souverain, la Tunisie gagnerait à opter pour la protection de la santé humaine-, constitution oblige, et des agriculteurs en contact direct avec les intrants agricoles, pesticides et engrais . Le pays devrait garantir la transparence, le droit à l'information, et arrêter l'importation des pesticides bannis dans leurs pays d'origine », commente Gharbi.

Selon des experts de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et des experts de la santé publique, l'utilisation des pesticides hautement dangereux pourrait expliquer en partie, la recrudescence constatée en Tunisie de différents cancers, d'après une étude de l'APIA (2015).

Le rapport de l'AEEFG a cité, par ailleurs, de nombreuses lacunes dans la gestion des pesticides en Tunisie, le non respect des textes à plusieurs niveaux (commercialisation, stockage, application, résidus, protection, gestion des emballages vides), l'absence de procédures de contrôle post-approbation adéquates et pratiques, l'insuffisance des efforts de sensibilisation et d'encadrement des petits et moyens producteurs et utilisateurs agricoles sur les risques liés aux pesticides et à la protection des cultures, l'existence de marchés parallèles et l'absence d'un système de gestion écologique et rationnel des conteneurs de pesticides vides.

Plus de: La Presse

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X