Cote d'Ivoire: Obsèques de Laurent-Dona Fologo / Alain Cocauthrey, président du Comité d'organisation - « On n'a pas été autorisé à prendre possession du corps »

La date de l'inhumation de Laurent-Dona Fologo n'est pas encore connue. Du moins, l'ex président du Conseil économique et social de Côte d'Ivoire, décédé le 05 février 2021, sera enterré ultérieurement. C'est le président du Comité d'organisation, le ministre Alain Cocauthrey, sénateur, qui a donné cette information, hier, au cours d'une conférence de presse, au siège de Fraternité Matin, sis à Adjamé. «Les circonstances de sa mort ont contraint la famille à observer strictement les consignes du Conseil national de sécurité sanitaire, quant à l'organisation des cérémonies funéraires. Il fallait respecter strictement les prescriptions et restrictions, liées aux mesures vigoureuses mises en œuvre, dans le cadre de la lutte contre la propagation de l'infection à coronavirus (Covid-19) », a-t-il informé.

Pourquoi cette rétention du corps sur une période aussi longue ? Interrogent les journalistes sur cette situation qui semble défier la compréhension. Le président du Comité d'organisation est resté sur sa position, seul le Conseil national de sécurité sanitaire peut éclairer le sujet. « C'est une question qu'il faut poser aux autorités sanitaires. On ne peut pas disposer du corps à cause des circonstances du décès. On n'a pas été autorisé à prendre possession du corps. Dans certains pays, dès que la mort survient, le corps est directement incinéré. Les parents n'ont pas accès au corps. Dans notre cas, puisque nous avons souhaité disposer du corps, on nous a dit voilà les consignes. Nous n'avons pas voulu tricher. Certaines personnes organisent des cérémonies funéraires avec des cercueils vides. Dans notre cas, on n'a pas imaginé cela. Je ne peux donc vous dire pourquoi il y a des dérogations et pas pour d'autres », a expliqué Alain Cocauthrey.

Il ne s'arrête pas là, poursuit ses explications pour mieux se faire comprendre en ces termes. «On ne peut pas disposer du corps compte tenu des circonstances du décès. Si on a attendu, depuis février, pour organiser les obsèques, c'est parce qu'on n'avait pas encore l'autorisation du Conseil national de sécurité sanitaire. Le Conseil nous a dit qu'on ne peut disposer du corps qu'après au minimum 10 mois. Donc, nous avons attendu et c'est lorsque nous avons eu l'accord du Conseil national de sécurité sanitaire que nous avons commencé à organiser les cérémonies funéraires. On ne peut pas encore disposer du corps. Lorsque nous sortirons de la messe de requiem, le corps sera encore aux mains des autorités sanitaires. C'est lorsqu'on va nous donner l'accord qu'on va dérouler la dernière partie» a-t-il ajouté. Comme autre explication liée à la culture, celle-là, le conférencier a évoqué l'appartenance du président Fologo au rituel Poro.

Le programme, en trois parties, a été élaboré de concert par la famille et le Conseil national de sécurité sanitaire. La 1ère étape, déjà passée, a consisté à la présentation des salutations à la famille éplorée. C'était du 25 au 29 mars 2021, à Abidjan. La 2ème étape va porter sur l'organisation officielle des obsèques, du 16 au 21 mai 2021, à Abidjan. La 3ème partie consistera à l'organisation, au village, des funérailles traditionnelles dont la date sera fixée ultérieurement, en étroite relation avec le Conseil national de sécurité sanitaire. L'inhumation, selon le président du Comité d'organisation, se fera, lors de ces funérailles traditionnelles, publiques et populaires qui seront organisées, au village à Sinématiali et à Péguékaha. A Abidjan, les condoléances seront reçues au domicile du défunt sis à la Riviera Golf, du 16 au 18 mai 2021. Suivront respectivement, la cérémonie d'hommage de la nation au Conseil économique, social, environnemental et culturel (Cesec), le 19 mai 2021 ; la cérémonie d'hommage politique du Pdci-Rda, au siège du parti à Cocody, le 19 mai également; les hommages à la place Laurent Dona-Fologo de Fraternité Matin, le 20 mai 2021, de 10h à 13h.

Lui rendront également hommage, les ministères qu'il a eu à diriger : le ministère de la Communication et des médias, le ministère des Sports, le ministère de la Culture. Ces hommages seront marqués par des oraisons funèbres et une exposition photos qui retrace la vie et l'histoire du défunt. En présentant le programme des obsèques, le sénateur du Gbêkê a dit agir au nom de la famille dont il est proche par des liens d'amitié qui lui ont valu son choix de président du Comité d'organisation pour « conduire de façon officielle les obsèques du président Laurent Dona-Fologo ».

Plus de: Le Nouveau Réveil

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X