Madagascar: Pêche crevettière - Quarante-sept droits d'exploitation accordés

La pêche crevettière a démarré le 10 mai pour la campagne 2021. Le nombre d'exploitants passe à quarante-sept au lieu des cinquante attendus. En vingt ans, le nombre de licences est passé de soixante-quinze à quarante-trois et aujourd'hui, quarante-sept. L'appel d'offres lancé par le ministère de l'Agriculture, de l'élevage et de la pêche (MAEP) au début du mois d'avril avait pour objectif de donner un nouveau souffle à la filière crevettes en accordant cinquante nouveaux droits d'exploitation.

Des droits conditionnés par l'implication dans la réforme du secteur Pêche en général qui entend réviser le circuit d'exploitation, les avantages pour les opérateurs et les petits pêcheurs et ce qui doit revenir à l'Etat. « La gestion transparente des ressources crevettières pour une exploitation durable permettrait d'obtenir 14 milliards d'ariary de redevances au lieu des deux milliards ariary actuels » souligne le ministère. Celui ci, en revanche, n'a pas détaillé le processus dit « transparent » dans l'attri bution des droits, comme réclamé par la société civile. Quarante-sept droits d'exploitation ont été accordés correspondant à quarante sept navires de pêche industrielle. Mais ni les noms des sociétés ni leur nombre n'ont été communiqués.

Une société peut avoir plusieurs droits d'exploitation dépendant des zones de pêche choisies et le nombre de navires dont elle dispose. Le nombre de zones de pêche a aussi augmenté. Il passe de quatre à cinq. Trois zones de pêche sont localisées dans l'ouest et deux à l'est.

Manque à gagner

Le coût d'un droit d'exploitation pour une société reste flou comme le reste du processus d'attribution, tels les critères d'octroi posés par le ministère. Un quota allant de 90 à 200 t de pêche autorisées par bateau par zone a été imposé, dépendant de la performance d'exploitation du titulaire de la licence. La campagne a accusé un retard de presque deux mois en raison de cette réforme. La valeur des exportations de crevettes a été de 328,159 milliards en 2020.

« Les opérateurs pourront rattraper leur manque à gagner dans les deux prochains mois. Il y eut un retard dans les préparatifs, certes, mais c'est pour le bien de la filière » assure le DG de la Pêche, Etienne Bemanaja. 3862 tonnes de crevettes ont été rapportées l'année dernière. Alors que près de 6000 tonnes ont pu être exportées il y a encore huit-dix ans avec une disponibilité de ressources estimée à 8000 tonnes.

Les statistiques sur la disponibilité actuelle des ressources crevettières restent encore problématiques. Par ailleurs, les communautés des pêcheurs membres du réseau Mihari demandent des éclaircissements sur la délimitation des zones de pêches. Ils craignent un empiètement des zones de pêche des grandes sociétés sur celles des pêcheurs artisanaux et des pêcheurs traditionnels.

Plus de: L'Express de Madagascar

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X