Egypte: La fête du Travail en Égypte - Le passé et l'avenir

Le 1er Mai de chaque année, l'Égypte célèbre le Jour du Travail.

Cette célébration réverbère le grand intérêt qu'accorde l'État au travailleurs, compte tenu de leur rôle dans la société. Cette fête a été célébrée en Égypte depuis l'aube de son Histoire. Les anciens Égyptiens ont tellement saisi l'importance du travail qu'ils l'ont revêtu d'un caractère sacré. C'est peut-être la principale raison pour laquelle ils sont parvenus à édifier la civilisation la plus millénaire qu'a jamais connu l'humanité.

Rappelons, dans ce contexte, les enseignements assortis du Roi Thoutmosis III à son vizir. Des enseignements qui ont été éternisés sur les parois de son tombeau, érigé à l'Ouest de la ville actuelle de Louxor, et qui inculquait en premier lieu la bonne gestion, la justice et le perfectionnement du travail. Quiconque contemple la construction et la conception ingénieuses des pyramides découvrira facilement le gigantesque effort déployé pour bâtir ces édifices, mais aussi l'abnégation et le dévouement qui ont mené à leur perfectionnement.

Les ères de l'Histoire se sont succédées, et l'action ouvrière a engendré le système des communautés professionnelles, qui remonte au Moyen-âge. Chaque communauté réunissait les professionnels d'un même métier, et retraçait ses traditions et ses déontologies.

L'Égypte moderne a connu la célébration du Jour du Travail pour la première fois en 1924 ; une célébration officialisée au temps du feu-président Gamal Abdel-Nâsser. À partir de 1964, la Fête du Travail est devenu officiellement un jour férié, à l'occasion de laquelle le président de la République donnait un discours devant les syndicalistes et les leaders des ouvriers.

À la suite de la Révolution de 1952, de nombreuses usines ont été fondées, dont le complexe de l'aluminium à la ville de Naja' Hammâdi, en Haute-Égypte. Depuis, l'Égypte a créé la plus grande base industrielle dans les pays en développement. 1200 usines consacrées aux industries lourdes, transformatrices et stratégiques ont été fondées au temps de l'ancien Gamal Abdel Nasser.

A l'heure actuelle et après la Révolution du 30 Juin, l'Égypte a poursuivi sa politique de liberalisation économique, en adoptant des mécanismes du marché libre, en continuant à s'ouvrir aux investissements étrangers, en soutenant le secteur privé et en accordant une importance particulière au secteur public, considéré comme l'un des fondements de la structure sociale d'une grande partie de la main-d'œuvre égyptienne. Dans ce contexte, le président Abdel Fattah Al Sissi a formé en mars 2016 le ministère des Travaux publics, après que le secteur des travaux publics a été auparavant affilié au ministère de l'Investissement. Cette initiative a visé à revivifier ce secteur, non seulement pour des motifs économiques, mais également pour réaliser la justice sociale et prendre soin des différentes composantes de la société.

Après l'accès au pouvoir du président Abdel Fattah Al Sissi, l'État égyptien est donné la priorité au travailleur égyptien pour le remettre à sa juste place et créer un climat propice au travail et à la production. Il est à noter que l'État ne fait aucune distinction entre l'homme et la femme dans le domaine du travail ; au contraire, il accorde plus d'attention aux femmes travailleuses à cause de la nature des responsabilités dont elles sont chargées, et afin de combler la lacune, creusée depuis des générations entre les deux sexes. Le Président Abdel Fattah Al Sissi affirme toujours son soutien à la femme travailleuse et sa conscience vis-à-vis de son rôle actif dans la société. Par ailleurs, l'État accorde un intérêt particulier aux personnes ayant des besoins spéciaux et aux travailleurs intermittents les plus nécessiteux, d'où l'augmentation des chances l'emploi adaptées pour les personnes ayant des besoins spéciaux, la favorisation des ressources nécessaires au Fonds 'Atâ', consacré à leur prise en charge, et l'émission des certificats Amân en faveur de la main-d'œuvre irrégulière. Cela a pu atténuer les répercussions de la stagnation économique mondial, issue de la propagation de la pandémie du Covid-19.

L'État œuvre sur plusieurs axes pour soutenir et protéger les ouvriers, dont les initiatives lancées, les primes susceptibles de protéger les travailleurs, la construction des cités industrielles et des usines, et la fourniture de chances d'emploi. De plus, l'État a veillé à promulguer des lois et des décrets en faveur des travailleurs et de l'action syndicale. Jetons la lumière sur les plus importants initiatives, lois et projets, initiés par l'Etat en faveur des travailleurs.

L'État a donné le coup d'envoi à nombre d'initiatives, dont "L'Égypte entre vos mains" visant à sensibiliser les partenaires sociaux (les employés et les employeurs) sur leurs droits et leurs devoirs. Cette initiative a démarré à l'occasion de la Fête du Travail en 2017 dans 17 gouvernorats, avec un total de 34 programmes en faveur d'environ 1211 établissement et 5259 ouvriers.

En outre, une campagne pour "la protection de la main-d'œuvre irrégulière" a été lancée par le ministère de la main d'œuvre en mars-avril 2018. Le Ministère a alloué 100 millions de L.E. pour distribuer des certificats Aman à des employés irréguliers dans 27 gouvernorats, pour leur assurer une vie décente. De plus, 2,4 milliards de L.E. ont été alloués aux employés irréguliers affectés par la pandémie du Corvid-19 en 2020. Sans omettre l'embauche de 1,5 millions de jeunes, dont 18 mille ayant des besoins spéciaux, et 260 mille ont été embauchés à travers 30 Foires d'embauche.

La Création de nouvelles villes et zones industrielles

Les réalisations de l'État égyptien ne se sont pas contentées de fournir des subventions et des initiatives aux travailleurs. L'État a eu tendance à établir des villes et des zones industrielles, y compris : la cité «Robiki» pour le cuir, sur une superficie de plus de 500 feddans, et la cité des meubles à Damiette sur une superficie approximative de 331 feddans.

Outre la mise en place du Complexe des Industries Plastiques sur une superficie d'environ 500 feddans en 2 phases, ainsi que la mise en place de 5 zones industrielles selon le Système de "Développeur Industriel" dans 3 zones industrielles à la ville de Sadat.

Deux zones dans la ville du 10 Ramadan ont été créées sur 646 parcelles de terrain, avec une superficie totale de 7,9 millions de m2, des terrains industriels attenants, avec des investissements prévus s'élevant à 23 milliards EGP, offrant 37000 chances d'emploi.

Les revenus des travailleurs ont été doublés à présent après la mise en œuvre des initiatives lancées par le président Abdel Fattah Al-Sissi et l'établissement de mégaprojets, d'où de nombreuses chances d'emploi. L'État ne cesse de déployer des efforts pour motiver les travailleurs et leur ouvrir des horizons variés, partant de sa confiance dans leur grand rôle dans la renaissance de l'Égypte.

Des lois et décrets au service des travailleurs et du travail syndical

L'État a promulgué de nombreuses décisions et lois au bénéfice des travailleurs et de la garantie de leurs droits. Si les primes et les initiatives contribuent à promouvoir les travailleurs et à améliorer leurs conditions de vie, les lois et décisions visent à la protection permanente des droits des travailleurs.

Parmi les lois et décrets présidentiels, figurent les suivants :

La promulgation de la loi n° 142 de 2019 modifiant certaines dispositions de la loi n° 213 de 2017 relative à la loi sur les organisations syndicales des ouvriers et la protection du droit d'organisation syndicale.

De plus, le Président Abdel Fattah El-Sissi a publié le décret républicain n° 526 de 2019 instituant un comité chargé d'amender la loi sur les sociétés du secteur des affaires. Il a également émis un décret, pendant l'année en cours - 2021 - pour augmenter les salaires de tous les travailleurs du pays avec un coût total de 37 milliards de L.E. et pour porter le salaire minimum à 2400 L.E. Le 3 avril 2021, le Président a décrété le développement des usines de la compagnie des engrais « Delta », affiliées à la société holding des industries chimiques à Talkha, dans le gouvernorat de Daqahlia, au lieu de les déplacer vers le gouvernorat de Suez.

Quant à l'avenir dont rêve la classe ouvrière égyptienne, l'État le met au fur et à mesure en œuvre. Ses prémices se sont manifestées dans la création de nouvelles régions, telles que la Capitale administrative, qui constitue un bond vers l'avenir dont bénéficieront les ouvriers égyptiens. La nouvelle Capitale administrative, dont les travaux de la construction ont assuré des millions de chances d'emplois, fournira un nouvel environnement pour la croissance et le progrès, dont les effets se refléteront sur les travailleurs financièrement, moralement et culturellement. Les outils du travail qui ne cessent de se développer et les nouveautés de l'ère moderne imposent à l'ouvrier égyptien et à tous les professionnels de continuer à apprendre et à se développer sans relâche pour pouvoir rejoindre le convoi du progrès accéléré dans les divers domaines.

Enfin, nous devons rendre hommage aux travailleurs à l'occasion de leur Fête, en reconnaissance de leur rôle dans la renaissance et le progrès de la patrie, car ils sont l'un des piliers fondamentaux que favorise l'État égyptien afin d'occuper sa place parmi les pays développés et de pouvoir bâtir une société de prospérité, d'équité et de paix.

Plus de: Egypt Online

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X