Congo-Kinshasa: Des journalistes formés au respect de l'éthique et de la déontologie professionnelles

communiqué de presse

Une centaine de journalistes représentants plusieurs médias de la presse écrite, audiovisuelle et en ligne, mais également des plateformes regroupant les professionnels des médias, ont été formés lundi 10 mai 2021 au respect de l'éthique et de la déontologie professionnelles journalistiques.

Cette activité, soutenue par la MONUSCO, a été organisée par l'Union nationale de la presse du Congo (UNPC), autorité d'auto-régulation de la presse congolaise, au Cercle Elais de Kinshasa, en marge de la célébration, le 3 mai, de la Journée mondiale de la liberté de la presse.

Cette année, la thématique retenue pour cette journée est : « l'information comme bien public ». Elle appelle les professionnels des médias à plus de responsabilité dans la production de ce bien qualifié de public.

L'objectif est d'attirer l'attention sur le rôle particulier du journaliste dans la production d'informations vérifiées et sur la façon dont il dépend d'un écosystème plus large qui permet à l'information de devenir un bien public.

Pour une presse professionnelle

Trois éminents Professeurs d'universités étaient orateurs au cours de cet atelier, notamment le Professeur Rigobert Munkeni Lapesse, Recteur de l'Institut facultaire des Sciences de l'information et de la communication (IFASIC), le Professeur Emmanuel-Janvier Luzolo Bambi Lessa de l'Université de Kinshasa (UNIKIN) et le Professeur Jean-Chrétien Ekambo, de l'IFASIC toujours.

Sous le thème principal : « l'éthique professionnelle, la déontologie et la dépénalisation des délits de presse », le premier a parlé de « Liberté de la presse, éthique et responsabilité du journaliste congolais », le second de « dépénalisation des délits de presse », et le troisième de « presse et liberté en RDC : connaître son histoire pour bien s'assumer ».

Le ministre de la Communication, Médias et porte-parole du Gouvernement congolais, Patrick Muyaya Katembwe, présent à l'atelier, a rappelé aux participants que le meilleur rempart du journaliste c'est le professionnalisme.

Tout en promettant d'œuvrer pour le statut du journaliste en RDC, il a insisté sur la nécessité d'être responsable, surtout en ce moment où l'état de siège a été décrété dans certaines provinces de l'est du pays.

S'adressant à son tour aux participants, Christophe Boulierac, Directeur de la Division de la Communication stratégique et de l'Information publique de la MONUSCO, a déclaré que le métier du journaliste est noble et demeure un sujet capital pour les Nations Unies.

« Le journaliste qui vérifie ses sources est un rempart à la désinformation, aux "fake news". La MONUSCO continuera à œuvrer aux côtés de cet organe d'auto-régulation pour cette fin », a-t-il assuré.

AllAfrica publie environ 800 articles par jour provenant de plus de 110 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X