Sénégal: La réaction des opposants après l'officialisation de la date des élections territoriales au menu

Dakar — Les divergences entre l'opposition et la majorité sur la date des élections territoriales sont un des sujets en exergue dans la livraison des quotidiens de mercredi.

Selon Wlafdjri, "l'opposition reste inflexible" sur la date des élections locales.

"Le président Macky Sall est loin de calmer le jeu en arrêtant la date des élections au 23 janvier 2022. Pour l'opposition, cela ne change pas le fait qu'il a décidé, de manière unilatérale, de fixer la date pour dérouler son plan, pour aboutir au couplage des élections législatives et présidentielle", rapporte le journal.

Le président de la République Macky Sall a fixé la date du scrutin pour le renouvellement général du mandat des conseillers départementaux et municipaux au dimanche 23 janvier 2022.

Dans un communiqué publié, lundi, le ministre de l'Intérieur informe que, conformément aux dispositions de l'article 1er de la loi n° 2021-24 du 12 avril 2021 portant report des élections territoriales, le président de la République, Macky Sall "a, par décret n° 2021 - 562 du 10 mai 2021, fixé la date du prochain scrutin pour le renouvellement général du mandat des conseillers départementaux et municipaux au dimanche 23 janvier 202".

Le Quotidien qui parle de "date amère" écrit : "Le PDS, parti de Abdoulaye Wade, voit des +manœuvres politiciennes+ de Macky Sall entre la décision de fixer la date des élections locales et le découpage administratif". Mais, dans le journal, Moundiaye Cissé de l'ONG 3D prévient que "cette décision ne saurait être un prétexte pour reporter les élections législatives".

Le quotidien Enquête déplore "les combats d'arrière-garde" de l'opposition sénégalaise à propos de l'audit du fichier électoral, la date des élections, etc.

"Entre mauvaise foi et lutte pour des brouilles, l'opposition oublie souvent que les élections se gagneront sur le terrain avec une bonne organisation pour le contrôle du scrutin en amont comme en aval. Avec la majorité, c'est une entente quasi-impossible sur les questions les plus essentielles", écrit le journal.

Cette "éternelle mésentente" est également constatée par Source A

Selon Sud Quotidien, "l'opposition dénonce le manque de considération dans la prise de décision du gouvernement, l'absence de consensus au sein du dialogue politique comme le forcing du pouvoir en place".

L'As annonce que "le Front de résistance nationale devrait se réunir incessamment pour donner sa position officielle sur la date du scrutin. Mais, tout porte à croire qu'elle ne va pas boycotter le processus".

Dans la publication, son coordonnateur au sein du dialogue politique estime que l'opposition "devrait aller à ce scrutin au risque de déserter le terrain au profit du régime en place".

Dans Vox Populi, Saliou Sarr soutient : "Une élection locale, ça ne boycotte pas. Après avoir constaté, il faut se retrousser les manches et aller travailler, faire de telle sorte que l'opposition puisse gagner le maximum de collectivités territoriale".

Le Soleil se fait écho du démenti de l'Armée sur des échanges de tirs en Casamance. "Aucun accrochage entre nous et des individus armés n'a été relevé au niveau du Front Sud", a déclaré le colonel Souleymane Kandé, commandant de la Zone militaire N°5.

L'armée sénégalaise n'a eu aucun accrochage avec des individus armés dans le "front sud" de la Casamance (sud), a soutenu mardi le colonel Souleymane Kandé, le commandant de la zone militaire 5, qui dément une information publiée par plusieurs médias.

"Lundi en début d'après-midi, des militaires du poste du village de Camaracounda ont reçu une alerte sur la présence d'éléments armés dans la zone. Les militaires se sont rendus dans la zone indiquée pour faire des tirs de reconnaissance, mais il n'y avait rien du tout", a-t-il expliqué.

La Tribune met en exergue la célébration de la fête de Korité dans un contexte de crise. "Entre habillement des enfants et repas de Korité, la crise affecte les pères de familles qui sont déjà esseulés par la dépense quotidienne. Il n'y a pas d'argent et tout est cher, trop cher", écrit le journal qui affiche à sa Une : "Les ingrédients d'une Korité-crise".

A La Une: Sénégal

Plus de: APS

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X