Togo: Gerry Taama confirme son statut d'opposant béquille du pouvoir de Faure Gnassingbé

En tout cas, son message-réponse aux critiques formulées à son encontre par le ministre de l'Enseignement supérieur, Prof Ihou Watéba, en dit long et point n'ai besoin de faire des caricatures.

Une lecture minutieuse de ce message que nous nous faisons le devoir de re-partager avec vous en dit long.

« 5 lampadaires à Abinga, dans l'Est-mono. C'est devant qui est bon.

En ce moment, ce sont les vrais militants du parti majoritaire que je plains. On se retrouve sur le terrain à s'affronter, à lutter les uns contre les autres pour le suffrage universel. Et quand la récolte est bonne pour eux, on donne une partie du panier à des gens qui non seulement n'ont pas contribué à la moisson, mais qui en réalité étaient dans l'opposition. Même si certains font mazin mazin aujourd'hui, on se sait dans ce pays.

Sinon, le monsieur qui parle wouya wouya et qui dit que 10 lampadaires ne font pas le développement là, nous on ne l'a jamais vu faire tchoboé quelque part sur le terrain. C'est les gens qui ont attendu c'est mure et ils viennent narguer tout le monde, surtout les vrais militants qui ont souffert avec nous sous le soleil. Le gros problème en politique dans notre pays, c'est que c'est les gens qui ne peuvent même pas rassembler 50 personnes sous un manguier qui font beaucoup de bruits quand on leur confie des responsabilités. Moi-même j'ai plutôt l'impression qu'ils sont en service commandé et veulent plutôt nuire à leur bienfaiteur.

En réalité, ils n'ont jamais abandonné leur vocation première, à savoir s'opposer au système. Mais dans ce cas, pourquoi accepter de travailler avec quelqu'un et au même moment, faire du zèle au point de détruire l'image de ce dernier. Ne vaut-il pas mieux assumer ses choix idéologiques et faire comme nous, avancer à visage découvert ? Autrement, un homme politique vrai vrai ne peut pas dire certaines choses. Moi-même je m'oppose au gouvernement mais quand ils font bien, je le dis. Par exemple, la centrale solaire de Blitta est une bonne initiative. Des millions de foyers sont encore sous obscurité la nuit, mais c'est un bon début. Bref. Que chacun règle son problème dans son parti. Mais ça doit être pénible pour certains de travailler sous le soleil, gagnez des élections et des gens qui étaient planqués viennent ensuite faire du zèle derrière. Inutilement d'ailleurs.

Bon, hier j'ai fini mon périple septentrional en réceptionnant 5 lampadaires solaires à Abinga, un village reculé du canton d'Elavagnon. Une fois encore, j'ai dû insister pour que les populations ne sortent pas. Gestes barrières. Mais la leçon à retenir, c'est qu'un lampadaire n'éclaire pas uniquement les militants du NET ou de l'opposition, tout le monde en profite. Voilà pourquoi je mets l'accent sur les projets d'intérêt général. La portée est plus grande.

Je suis à mon sixième village sur les 14 où je compte installer des lampadaires dans l'est-mono, soit 70 lampadaires pour un coût unitaire de 300 000 f. C'est sans doute peu, mais ce sont des petits ruisseaux qui font les grandes rivières. Le monsieur qui parle beaucoup peut lui aussi nous montrer ses gestes de solidarité. De toutes les façons, avec les réseaux sociaux aujourd'hui, tout se sait. Le monsieur dit, je cite : Lorsqu'on fait des gestes en faveur des populations, on n'a pas besoin de les claironner. C'est pour ça que je dis que qu'il s'agit plutôt de l'opportunisme, car les vrais militants du parti majoritaire publient leurs actions. Même sucre et lait qu'on a donné aux musulmans avant hier, on a parlé de ça. Messe d'action de grâce, on en a parlé. C'est la politique. Yoah !

Bref, c'est devant qui est bon. Le plus long voyage commence par un premier pas.

Aimons-nous vivants.

Gerry ».

De tout ce qui précède, on en retient la portion de ce message qui indique, « Moi-même j'ai plutôt l'impression qu'ils sont en service commandé et veulent plutôt nuire à leur bienfaiteur. En réalité, ils n'ont jamais abandonné leur vocation première, à savoir s'opposer au système. Mais dans ce cas, pourquoi accepter de travailler avec quelqu'un et au même moment, faire du zèle au point de détruire l'image de ce dernier. Ne vaut-il pas mieux assumer ses choix idéologiques et faire comme nous, avancer à visage découvert ? ». C'est bien là un extrait largement suffisant pour comprendre que l'homme n'a jamais été opposant et que de tout temps, il n'a été qu'un opposant-béquille comme l'ont toujours accusé leurs pairs de l'opposition togolais qui de tout temps l'ont vu comme une taupe au service du pouvoir en place. Et donc quid alors de son rang de député opposant que lui et son parti occupent à l'Assemblée nationale. C'est en tout cas là où l'opposition togolaise, la vraie doit s'en mordre les doigts d'avoir été à la base de boulevard laissé libre et que l'homme occupe allègrement. En tout cas, encore plus que ces opposants, ce sont ceux qui l'ont cru depuis toujours comme opposant qui doivent aussi s'en mordre les doigts et se morfondre dans leur coin.

Sacré Gerry et Sacré Ihou ! Que c'est doux le lait UNIR au point où il nous soule.

Plus de: Télégramme228

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X