Algérie: Aïd El-Fitr/Ouargla - Le port du costume traditionnel résiste à la concurrence étrangère

Ouargla — Le port du costume traditionnel durant les fêtes religieuses est un rituel ancestral ancré chez l'homme ouargli, en dépit d'une forte concurrence sur le marché local de produits étrangers d'origines maghrébine ou orientale.

Comme chaque année, après la deuxième quinzaine de Ramadhan, les artères abritant les magasins d'habit traditionnel, de jour comme de nuit, sont bondées de clients en quête d'habits traditionnels neufs pour la célébration de la fête de l'Aïd El-Fitr.

Les commerçants mettent à la disposition des clients plusieurs choix de costumes traditionnels dit "Aâbaya" ou "gandoura saharienne", en plus d'autres variétés, à leur tête le Qamis, la Djellaba et le Jabador.

Interrogé par l'APS au niveau d'un magasin à Souk El-Hadjar (le marché traditionnel d'Ouargla), Abdallah, accompagné de ses enfants, a indiqué que la majorité des gens, vieux et jeunes, préfèrent porter l'habit traditionnel, qu'il soit local ou étranger, à l'occasion de la célébration des fêtes religieuses.

Pour Saïd, les gens marquent un grand retour vers l'habit traditionnel, notamment la typique gandoura algérienne appelée localement Aâbaya avec chèche ou Aamama, ainsi que l'habit "Taklidi" (traditionnel) ouargli caractérisé par son pantalon arabe plissé et son gilet classique, souvent de couleur unique crème ou gris clair.

A titre d'exemple, la Gandoura algérienne, ce vêtement très populaire à travers le pays, notamment au Sud, est redevenue aujourd'hui à la mode, a-t-il dit.

Le commerce de la Gandoura reprend des couleurs

Après une éclipse qui a duré plusieurs années, le commerce de la Gandoura saharienne, dont les tissus varient selon les saisons, a commencé ces dernières années à attirer les clients, non seulement les personnes âgées mais aussi les jeunes, poursuit-t-il.

M.Saci a également mis l'accent sur l'importance de développer l'industrie textile afin de promouvoir l'habit traditionnel algérien et contribuer à la préservation de l'identité nationale.

L'habit traditionnel dans toute sa diversité et toute sa richesse est considéré comme un élément essentiel du patrimoine culturel national, souligne Adel Benchâa, lui aussi commerçant à Souk El-Hadjar.

Des démarches sont entreprises par la Direction locale de la culture en vue de protéger et de sauvegarder l'ensemble des biens culturels, produits de manifestations sociales et de créations individuelles et collectives que recèle la région d'Oued-Mya, a précisé à l'APS Abdelhamid Ghariani, cadre au service du patrimoine au niveau de cette institution.

Il s'agit de créer une base de données dédiée notamment à l'enregistrement, la classification et la classification du patrimoine culturel matériel de la wilaya, explique-t-il.

Outre le costume traditionnel, y compris les coiffes et les turbans, le patrimoine (matériel et immatériel) d'Ouargla comprend d'autres spécificités, telles que les fêtes de mariage, les instruments de musique, les jeux traditionnels, la danse populaire, la poésie, les symboles et signes et les proverbes, a conclu M.Ghariani.

Plus de: Algerie Presse Service

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X