Seychelles: Lueur d'espoir pour les artisans du pays, mais la situation n'est pas encore revenue à la normale.

Des vendeurs de souvenirs et un organisateur de mariage aux Seychelles affirment que les affaires ne sont pas encore revenues à la normale, même avec la réouverture des frontières de la nation insulaire il y a deux mois, bien que les locations de voitures semblent faire des affaires florissantes.

Deux entrepreneurs du secteur des souvenirs et de l'artisanat ont déclaré mercredi à la SNA qu'ils devaient se diversifier pour s'assurer qu'à la fin du mois, ils aient un salaire à rapporter à leurs familles.

La propriétaire de la maison de mode Mangouya, Pacquerette Lablache, a déclaré qu'elle devait retourner à l'enseignement, une carrière qu'elle avait abandonnée il y a 12 ans pour ouvrir sa propre entreprise.

« Même si j'enseigne depuis un mois et demi maintenant, je n'ai pas complètement fermé ma boutique. Pour le moment, dans ma boutique située à Camion Hall, nous ne voyons pas beaucoup de touristes. Je pense que nous avons besoin de plus de temps pour voir les choses reprendre. J'ai également placé une partie de mon travail dans la boutique de l'ESA (Enterprise Seychelles Agency) à l'aéroport, et depuis la fin de l'année dernière jusqu'à maintenant, j'y ait fais des ventes. Les choses bougent assez lentement, et les ventes ne sont plus comme avant », a déclaré Mme. Lablache.

Son homologue de l'industrie du souvenir et de l'artisanat, Maxim Payet, a également souligné que les ventes de Coco Shell aux touristes sont presque inexistantes.

« J'ai dû retirer la plupart de mes souvenirs de ma boutique et les mettre dans un entrepôt à la maison. J'ai essayé de chercher d'autres produits à vendre pour survivre. En ce moment, je me concentre sur la vente d'articles aux Seychellois plutôt qu'aux touristes. Même s'il y a des touristes sur Mahé, il n'y en a pas qui viennent à Unity House », a déclaré M. Payet.

Il a ajouté que devoir payer un loyer même lorsque le magasin est fermé pendant une fermeture du pays n'aide pas sa situation financière.

Les Seychelles ont rouvert leurs frontières à tous les visiteurs le 25 mars, sauf pour les touristes venant directement d'Afrique du Sud et ils ont récemment ajouté le Brésil et l'Inde. Depuis, environ 20 000 visiteurs ont débarqué dans l'archipel de 115 îles de l'océan Indien occidental.

L'organisateur de mariage Jean-Luc Lablache de Seyromance a déclaré à la SNA que bien que l'entreprise ait commencé à reprendre en mai, il existe de nombreuses incertitudes.

"Il y a des clients qui ne peuvent pas confirmer leurs réservations. Pour le moment, nous sommes limités aux mariages avec cinq personnes maximum - le couple, leurs deux témoins et l'officier civil, et avec cela, nous avons déjà atteint la limite. J'ai des réservations claires où le client souhaite entrer dans le pays avec ses invités. Nous ne savons pas quand nous pourrons accueillir 15 à 20 personnes. De plus, avec des cas de COVID toujours en hausse, l'indication montre que nous devrions entrer dans une autre fermeture », a déclaré Jean-Luc Lablache.

Du côté positif, Christian D'Offay de Doffay Car Rental a déclaré que les affaires sont en plein essor, toutes les voitures étant entièrement réservées. Il a souligné qu '"il y a tellement de réservations à venir que je dois référer les clients à d'autres locations de voitures". Il a toutefois soulevé un point de préoccupation à la suite de deux annulations récentes.

« J'ai eu deux annulations aujourd'hui et après avoir demandé la raison derrière cela, on m'a dit que c'était dû à la hausse du COVID qui se produit dans le pays. Ce sont les premières annulations que j'ai reçues et j'espère que cela ne va pas continuer, "

Interrogé sur ses plans de secours si davantage de clients commençaient à annuler leurs réservations, M. D'Offay a expliqué qu'il devra obtenir de l'aide pour payer ses employés, sinon il devra envisager à des licenciements, ce qu'il ne souhaite pas.

A La Une: Seychelles

Plus de: Seychelles News Agency

à lire

AllAfrica publie environ 900 articles par jour provenant de plus de 130 organes de presse et plus de 500 autres institutions et particuliers, représentant une diversité de positions sur tous les sujets. Nous publions aussi bien les informations et opinions de l'opposition que celles du gouvernement et leurs porte-paroles. Les pourvoyeurs d'informations, identifiés sur chaque article, gardent l'entière responsabilité éditoriale de leur production. En effet AllAfrica n'a pas le droit de modifier ou de corriger leurs contenus.

Les articles et documents identifiant AllAfrica comme source sont produits ou commandés par AllAfrica. Pour tous vos commentaires ou questions, contactez-nous ici.

X